ÉCONOMIE

Le CEATE aborde la problématique de la Création des Startups en Haïti

0

Comme un déclic dont le but serait de favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs en Haïti, les rencontres du Réseau des Entrepreneurs de CEATE (Centre Technique d’Encadrement et d’Accompagnement en Entrepreneuriat) deviennent progressivement un espace favorable pour débattre les problématiques entrepreneuriales haïtiennes. Fort du succès des quatre (4) premières éditions, le réseau a renouvelé, le samedi 3 septembre 2016, son grand rendez-vous de l’entrepreneuriat. Nombreux étaient les aspirants et jeunes entrepreneurs, les étudiants en économie et en gestion, à y prendre part. Plus d’une cinquantaine de participants avait répondu à l’appel. Ils étaient tous suspendus aux lèvres d’une personnalité dont le nom résonne très fort dans le secteur de l’entrepreneuriat en Haïti: Daniel JEAN-LOUIS, expert en entrepreneuriat, consultant de carrière et professeur d’entrepreneuriat à l’Université d’Etat d’Haïti et à l’Université Quisqueya, était l’invité spécial de cette rencontre. Il est entre autres co-auteurs du livre From Aid to Trade (De l’aide au commerce), ancien fonctionnaire de Partners Worldwide et responsable de l’établissement hôtelier Trinity Lodge.

Le public a su faire preuve de ponctualité. C’est ainsi que vers les 4h05 Pm, un homme au sourire hautement chaleureux et d’un regard qui ne cesse d’insuffler un vent d’optimisme, rentrait dans la salle. Serait-ce l’entrepreneur Daniel JEAN-LOUIS ? Le Coordonnateur du Réseau de CEATE, James-Taylor LOUIS, a introduit le conférencier.

L’intervention était autour d’un sujet qui se révèle incontournable pour tous les jeunes entrepreneurs: « Création de Start-ups ». Comment démarrer une entreprise ? Il était question pour l’intervenant de relever les obstacles et d’analyser les enjeux de ce processus pour les jeunes entrepreneurs haïtiens. La rencontre s’etait organisee autour de la thématique : « Création de Start-ups : Enjeux et difficultés pour les jeunes entrepreneurs ».

« Dans un pays où la pauvreté est omniprésente, l’entrepreneuriat pourrait constituer une porte de sortie salutaire pour l’épanouissement économique et social de la jeunesse », a déclaré Monsieur JEAN-LOUIS, invitant la jeunesse à prendre en main son propre destin et opter parfois pour des initiatives entrepreneuriales les plus modestes. Le président de l’établissement hôtelier Trinity Lodge se dit conscient de certains facteurs qui peuvent éventuellement constituer des freins ou des obstacles au démarrage d’une entreprise dans le pays: « L’instabilité politique ; l’insécurité ; les faiblesses de notre système judiciaire ; les services urbains de base qui ne sont pas garantis ».

A ce sujet, le participant Amien SAUVEUR, analyste de projets au Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE), a évoqué la question de la hausse des taux de crédit qui, en quelque sorte, constitue un véritable casse-tête chinois pour les jeunes entrepreneurs. « Nous ne sommes pas aux Etats-Unis ; le crédit où la dette n’a jamais été un vecteur de créations d’entreprises pour les jeunes en Haïti, j’encourage donc les jeunes entrepreneurs à débuter avec leurs fonds propres », a répondu le panéliste en invitant le jeune professionnel à tenir compte de la réalité du système financier haïtien.

Par ailleurs, la fameuse notion d’« opportunité viable » a été au cœur  de l’intervention de Monsieur JEAN-LOUIS. Selon lui, l’opportunité viable serait un élément basique de l’entrepreneuriat. C’est un processus par lequel l’entrepreneur tient compte du contexte socioéconomique, du cadre territorial ou spatial de son entreprise. « L’opportunité viable met en évidence quatre (4) grands facteurs : le besoin de la population, son pouvoir d’achat, l’équilibre entre le coût de production et la capacité de l’entreprise à augmenter sa production afin de maximiser ses ventes », nous a expliqué l’ancien fonctionnaire de Partners Worldwide.

Aussi a-t-il conseillé aux jeunes entrepreneurs de se former davantage et de prendre connaissance des différentes pratiques innovantes qui sont aujourd’hui à l’œuvre dans ce secteur.

Et pour ponctuer la rencontre, la Coordonnatrice Générale de CEATE, Mme Ducamelle Grégoire LOUIS, a renouvelé l’engagement de l’institution dans la promotion de l’entrepreneuriat en Haïti. « C’est pourquoi le CEATE organise ces rencontres mensuelles qui constituent un espace d’échange entre Entrepreneurs/ Entrepreneurs ou Investisseurs pour amener les jeunes entrepreneurs haïtiens à se constituer en réseau, à partager leurs expériences et leurs bonnes pratiques et à se motiver mutuellement », a conclu la responsable.

Nixon SATURNE

Commentaires

Opinion | La biochimie haïtienne de la performance sexuelle

Article Precedent

Refuse d’apprendre mon fils!

Article Suivant

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost