CULTURE

Languettes de flammes et autres titres bizarres à Livres en Folie

0

Déjà un quart de siècle depuis que revient le rendez-vous annuel autour des livres. Cette année encore, les titres comme les livres étaient en folie. Voici cinq des titres intrigants.

 

Languettes de flammes

D’entrée de jeu, il vaut mieux ne pas se précipiter sur ce titre, car nous risquons d’omettre la lettre « l » dans « flammes » et lire ce qui n’est pas écrit. Languettes de flammes pour languettes de feu est un recueil de poésies publié cette année aux éditions Choucoune. Christophe Philippes Charles de son nom de plume Christophélès y a consacré plus de trois ans.

Christophe J. Philippe Charles de son nom de plume Christophélès, signe l’ouvrage Languettes de Flammes. Photo : Ayibopost / Laura Louis

« Quand je suis attiré par une femme, je l’aborde. Si je réussis, j’écris des poèmes et des acrostiches. Si elle m’envoie balader, j’écris quand même des poèmes et des acrostiches », affirme l’auteur qui participe à livres en folie depuis 1995, la date de la première édition de la foire. Philippes Charles est normalien et professeur de lettres, il a déjà cent trente titres à son actif.

« Le désir, l’amour et la sexualité sont souvent assimilés à des flammes d’où le jeu de mot languettes de flammes. Ce sont des textes sur l’amour et la sexualité. Un recueil rassemblant une vingtaine d’acrostiches pour une vingtaine de femmes », signé Christophélès.

 

Améliorer sa situation financière au regard de la Bible : 3 clés pour atteindre votre liberté financière

Ce titre nous est proposé par le révérend pasteur Renès Décière, un must diriez-vous, car qui ne voudrait pas réussir sa vie financière. Au fait, l’ouvrage n’a pas la clé de la liberté financière, mais des principes bibliques applicables à qui souhaite améliorer sa situation financière.

Ce livre, nous dit le pasteur est une compilation de conférences et de formations sur l’entrepreneuriat ne ciblant pas seulement le public chrétien mais toute personne qui cherche à se libérer financièrement. « On dit souvent que Haïti est un pays pauvre mais en réalité on a un manque de discipline financière, et un manque de production. Je n’ai pas écrit le texte comme un expert en finances mais comme un pasteur, car la Bible a dit qu’il faut enseigner tous les conseils de Dieu. »

Quand nous lui avons demandé s’il avait lui-même réussi sa vie financière, le pasteur a souri. « Lorsque je suis rentré à Port-au-Prince en 1986, je ne possédais rien. Aujourd’hui j’ai une voiture, une maison et je peux prendre soin de ma famille, or je suis arrivé ici les mains vides. » Renès Décière était à sa première participation à Livres en folie. Améliorer sa situation financière est aussi son premier livre.

 

La carte identification nationale

C’est un titre comme un autre. Vous pensez sûrement à Dermalog n’est-ce pas, bien sûr cette partie est traitée dans le texte. « Nous avons commencé la rédaction du livre avant cette histoire, nous y avons tout de même consacré quelques pages mais ce n’est pas l’essentiel de l’ouvrage. »

C’est une analyse détaillée de l’état civil de la naissance au baptême jusqu’à l’âge majoritaire pour l’enregistrement de la carte d’identification nationale. L’auteur, Louis Frédéric Adelphonse est avocat et professeur de droit des affaires. Il a passé environ dix ans à travailler à l’Office national d’identification nationale (ONI).

« J’estime qu’il est important d’écrire ce document pour informer la population », avance l’auteur qui affirme qu’après avoir lu son texte vous saurez faire la différence entre la carte d’identification nationale et la carte électorale que les gens confondent trop souvent. À midi, Frédéric avait vendu 30 livres.

 

Kolangèt madan Bwadòm

Edgar Gousse est connu pour ses nombreux titres bizzares : Je suis noir mais je baise tes blanches, Les femmes à papa, etc. Cette année, il signe Kolangèt Madan Bwadòm, un roman qui met en vedette une jeune femme qui, sans le vouloir n’arrive pas à être stable dans sa vie amoureuse.

« Les hommes n’ont pas toujours voulu une relation sérieuse avec la fille mais elle continuait à leur faire confiance. C’est ainsi que tous les voisins du quartier médisaient à son sujet. La mère de la fille qui ne supportait l’idée que sa fille soit considérée comme une fille facile a piqué une crise de colère… accompagnée d’un flot d’injures contre les voisins. » Kolangèt Madan Bwadòm est publié chez les Éditions des amériques.

Edgar Gousse, auteur de « Kolangèt Madan Bwadòm ». Photo : Ayibopost / Laura Louis

 

Je veux votre mari

Nous ne vous connaissons pas madame, mais sachez que Yenniva Ménard veut votre mari. Elle n’a que 24 ans mais elle s’érige déjà en défenseur de la cause des femmes. « Ce livre est pour toutes les femmes mariées qui ont un concubin mais qui ne peuvent en parler à personne. Il est aussi dédié aux femmes célibataires qui sortent avec des hommes mariés. »

Yenniva Ménard publie « Je veux votre mari ». Photo : Ayibopost / Laura Louis

Tout a commencé en 2016, quand Yenniva a publié une lettre sur la plateforme Ayibopost, un article qui a été partagé de nombreuses fois sur la toile. Yenniva est finissante en Sciences juridiques, elle croit qu’il faut aussi parler des sujets tabous. La jeune femme avise ses lectrices et lecteurs qu’il y aura de prochaines publications bien plus pimentées que ce roman pour le moins intrigant.

D’autres titres aussi fous que ceux mentionnés dans cet article ont foissoné pour le plaisir des lecteurs. Entre autres, nous pouvons citer Le mariage comme association de malfaiteurs, de Jean Merdalor, Un zombi en signature de Nicolas Hyppolite. Évidemment, vous avez trouvé d’autres titres amusants qui complèteront cette liste.

Commentaires

Laura Louis
Je prends plaisir à vous informer.

    Dépression, suicides… les troubles mentaux tuent en Haïti

    Previous article

    Tout sa ou dwe konnen sou planin

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost