POLITIQUESOCIÉTÉ

Feux de signalisation de candidature

0

L’implantation récente d’un ensemble de feux de signalisation aux Cayes a été l’œuvre d’un parlementaire qui à tout prix veut attirer l’attention de la population au niveau du chef-lieu du département qu’il représente piètrement au sein du Sénat de la république. L’engouement de ce dernier pour être considéré comme un agent de développement l’a poussé à installer ces feux « tou cho tou bouke » au lieu de concerter avec les responsables de la commune (maires et responsables de la circulation, DDS – MTPTC) afin de pouvoir mieux résoudre le problème grave qu’est devenu la circulation au sein de la ville des Cayes.

Partout dans le monde, les feux de circulation servent à la régulation du flux des mouvements de la population afin de réduire le nombre d’accidents de la route se produisant quotidiennement. Ainsi, la ville de Cleveland a été l’hôte de l’installation des premiers feux de circulation électrique en date du 5 août 1914. Chez nous, plus précisément dans la ville des Cayes, au sud d’Haïti, il a fallu attendre jusqu’en 2010 pour voir apparaitre les premiers feux de signalisation à Quatre Chemins où la circulation était trop encombrante surtout aux heures de pointe.

La ville des Cayes, terre plate et bien tracée, avait jadis une circulation plutôt facile et plus ou moins sécuritaire. Soudain, sous l’effet d’une explosion démographique instantanée causée par une migration interne, la circulation est bien vite devenue l’un des principaux casse-têtes au sein de la cité. Piétons, bicyclettes, motocyclettes, camionnettes et camions foisonnent les rues, tous déambulent quotidiennement dans les rues pour vaquer à leurs activités.

Pourtant, les feux de signalisation fraichement installés qui devraient soulager la ville entravent beaucoup plus la circulation.

Les feux tricolores sont-ils un élément de la solution de ce problème ?

Le plus hypocrite des humains répondra positivement à cette interrogation, mais la méthodologie de l’implantation de ces feux dans la ville de Nicolas Geffrard peut être l’objet de critique par le premier quidam venu, car ces feux qui devraient améliorer les conditions du trafic urbain en augmentant la vitesse de déplacement tout en diminuant le nombre moyen et la durée des arrêts sont devenus des éléments d’entrave à la circulation au sein de la ville des Cayes.

En quoi consistent-ils des entraves à la circulation ?

Ces feux dont les installations font l’objet de multiples critiques méritent d’être repensés. A vrai dire, avant de penser à ces installations ironiques, il fallait réaménager les tronçons de route de Deux-Mapoux, de la Première Grand-Rue, et de la rue Général Marion qui sont à la base de plusieurs cas d’accidents de moto dans la ville des Cayes. Il faudrait aussi penser à rendre prioritaire ce manque d’infrastructure de base qui fait de la troisième ville du pays une vaste étendue de poussière.

N’était-ce l’envie de se transformer en agent de développement afin de voir son mandat renouvelé par un peuple trop souvent émotif, irresponsable dans ses choix, l’installation de ces feux, si elle répondait aux exigences techniques d’efficience et d’utilité, aurait pu sortir la ville de ce trouble de circulation chronique. Malheureusement, ces gadgets politiques qui déjà commencent à tomber en panne, sont plus utiles à la signalisation de la candidature du questeur muet du sénat tant décrié par ses collègues parlementaires du Sud qu’à la facilitation de la circulation au niveau de la cité de Nicolas Geffrard.

Judes Beauvoir

Photo credit: Widlore Merancourt

Commentaires

Mon mari, je le garde !

Previous article

Pour une culture managériale et politique fondée sur l’éthique

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost