AYIBOFANMEN UNEFREE WRITINGLE SUJET DU MOIS

En attendant la Saint-Valentin…

0

Je suis assise ici depuis près d’une heure. Mon livre est toujours ouvert à la même page. Je n’y ai pas jeté un seul coup d’œil. Je suis perdue dans mes pensées. Je me disais qu’être belle ne sert à rien. Mon amie Jane est d’une beauté qui me hérisse les poils. Quand nous sortons ensemble, j’ai l’estomac à l’envers… L’idée qu’elle me vole la vedette et qu’elle séduise mes potentiels admirateurs, me rend paranoïaque. Jusqu’à présent, il n’en est rien, mais je reste sur mes gardes. Je pensais aussi à Duclos. Ce gars que j’ai rencontré à la sortie d’un bar.

Il m’a retracée et nous sommes devenus amis sur Facebook. Je sais qu’il s’est accroché parce qu’il a cliqué sur le bouton «J’aime» au-dessous de toutes mes photos. C’est bon signe! Lorsqu’il arrêtera de cliquer «J’aime», je saurai à quoi m’en tenir. Pour le moment, nous nous parlons, nous tentons de nous découvrir tout en essayant de garder le mystère si excitant du début de toute nouvelle amourette. Ça me fait tout drôle quand il me téléphone et qu’il me parle d’une voix énamourée, intense… Je lui demande toujours d’arrêter en minaudant, et lui dit que ça risque de me conduire à l’orgasme. Il s’en réjouit et n’arrête pas, pour sa satisfaction personnelle, je présume.

Au début, j’avais pensé rester moi-même, afin qu’il sache exactement où il met les pieds. Mais, je suis de plus en plus tentée de rentrer dans la peau d’un personnage, juste pour épicer un peu le plat. Tout bien réfléchi, je vais me la jouer Marilyn Monroe et prétendre être cette femme qui intègre à la fois la spirituelle, la sexy et l’humoriste. C’est un mélange parfait et il tombera à coup sûr dans mes filets. Je ne suis pas sure de vouloir l’y garder longtemps, mais en attendant, ça m’amuse.

J’ai un plan pour mon Duclos. J’émerge d’une longue période, où je me trouvais en mode « débat intérieur ». J’ai également vécu mes quatre dernières Saint-Valentin sans  copain. Je ne m’en plains pas, j’ai quand même mangé du chocolat. Heureusement que l’on n’en reçoit pas uniquement de ses partenaires! J’ai un père, et mieux, j’ai du fric. Néanmoins, cette année je veux faire du changement; je garderai mon nouvel ami jusqu’à la Saint-Valentin. Après, on verra. Cependant, je laisserai quand même de côté les sempiternels diners aux chandelles, les petites peluches et les boites de chocolat.  J’en ai marre du romantisme. Je ne suis plus une gamine qui a des rêves bleus et qui croit bêtement en l’amour. Et puis, je me tape des reflux gastro-œsophagiens toutes les fois que je me gave de chocolat. Par contre,  je compte bien m’offrir une bonne baise, digne d’une femme qui s’assume et qui a les pieds sur terre. Enfin, dans ce cas bien précis, je les aurais en l’air et tous les protagonistes, moi y compris, seront contents.

N’y a-t’ il pas matière à se souhaiter une joyeuse Saint-Valentin ?

 

L.M.J

 

 

 

 

Commentaires

Yon gwo materyo pou n’ transfòme an Ayiti

Article Precedent

Le carnaval haïtien à travers la lentille de Fotokanaval

Article Suivant

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost