EN UNEPOLITIQUE

DOUBLE JEU : Exécutif Vs Législatif

2

C’est sans surprise que le citoyen Fritz Alphonse Jean est nommé Premier ministre de consensus de la République d’Haïti par un décret présidentiel en date du vendredi 26 février 2016.

Visiblement les arcs ne s’accordaient pas sur le choix de ce dernier au parlement. Selon l’honorable sénateur Youri Latortue, M. Fritz Jean, ancien Gouverneur de la Banque Centrale ne faisait pas partie des 3 premiers ministrables mis sur la table de négociations lors des rencontres avec les différents blocs au parlement.

La question à se poser est la suivante : Est- ce vraiment un Premier ministre de consensus ou celui imposé par le Président provisoire S.E.M Jocelerme Privert ?

Premier ministre de consensus ou pas, Fritz Alphonse Jean est le Premier ministre en poste. Son investiture a eu lieu samedi  après- midi au Palais National sans la présence du Premier ministre sortant, M. Evans Paul qui normalement aurait dû lui souhaiter la bienvenue. Au lieu de cela, une heure avant cette cérémonie, dans sa résidence officielle, Evans Paul accompagné de presque tout son cabinet ministériel excepté les titulaires des ministères du tourisme et des industries créatives, de l’économie et des finances et de l’éducation nationale qui vraisemblablement ne veulent pas prendre position dans cette guerre sans merci entre la primature et le palais national, a déclaré ne pas vouloir s’associer aux violations flagrantes de la Constitution de 1987 amendée et de l’accord du 5 février 2016… Ce qui explique leur absence.

Le président de la chambre des députés Cholzer Chancy a lui aussi été absent de cette investiture.

De l’autre côté, le bloc minoritaire de 9 sénateurs (G9)  ayant à sa tête Youri Latortue qui exigeait l’élection d’un président à la tête du sénat de la république pour mener la consultation avec le président provisoire d’Haïti autour du choix d’un Premier Ministre a vu sa revendication ignorée.  D’autant plus, le G9 a déclaré qu’il votera pour la politique générale de n’importe quel Premier ministre autre que Fritz JEAN car ce dernier, est de souche « lavalassienne » comme S.E.M Privert. Il faut selon eux l’alternance politique au sein de l’exécutif.
Sans oublier que le « deal » du deuxième tour de l’élection qui a accouché le sénateur Privert comme président provisoire, posait comme condition  la nomination d’Edgar LEBLANC candidat malheureux de cette élection, comme Premier ministre.

Il n’y a sans nul doute aucune formule pour convaincre les parlementaires qui se sentent trahis par S.E.M Privert qui a d’ailleurs fait preuve d’une grande ingéniosité. On dirait même qu’il a déjà dix coups d’avance sur tous les acteurs car, il est le signataire et l’unique bénéficiaire de l’accord du 5 février.
Contesté ou pas, la prochaine étape à franchir pour Monsieur Fritz Jean c’est l’énoncé de sa politique générale devant le parlement qui devra lui accorder un vote pour que la procédure puisse recommencer ou pour que la guerre entre les pouvoirs de l’État puisse continuer.

WILNER ST JULES

Image: RFI

Commentaires

Dernier soupir

Previous article

Quelque chose à cacher

Next article

2 Comments

  1. […] Cet article est aussi publié sur Ayibopost […]

  2. […] Publié aussi sur Ayibopost […]

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost