CoronavirusSOCIÉTÉ

Comment les travailleurs de la presse haïtienne affrontent le Coronavirus ?

0

Face au Covid-19, les journalistes sont très sollicités mais peu équipés

Les travailleurs de la presse sont souvent en première ligne lorsqu’on parle de crise. Le Coronavirus ne fait pas exception à cette règle.

À l’heure où la pandémie planétaire occupe les esprits, les entreprises de presse haïtienne se retrouvent affaiblies par la crise économique alors que des journalistes de terrain foulent le macadam souvent sans protection.

Ricardo Lambert est rédacteur au Journal Le nouvelliste. Il confie que depuis l’annonce des deux premiers cas de COVID-19 à travers le pays le 19 mars dernier, l’administration du journal avait adopté un ensemble de mesures visant à protéger ses employés.

Ces mesures vont de la distribution de masques jusqu’à la recommandation à travailler chez soi.

Les exigences du direct

Cependant, des décisions similaires sont difficilement applicables aux radios et télévisions. C’est ce qui arrive à la Radio Télévision Caraïbe.

Selon le co-directeur à l’information de l’institution, Michel Joseph, des mesures d’hygiène sont quand même adoptées pour protéger le personnel. « Nous réduisons considérablement le nombre d’invités et visiteurs qui fréquentaient l’espace et nous faisons moins d’exigences à l’équipe en termes de présence dans la station ».

Michel Joseph parle aussi de distribution de masques aux travailleurs qui doivent couvrir des conférences de presse.

À Ayibopost, outre les mesures d’hygiène, « on opte pour la réduction considérable du nombre d’employés dans l’espace de travail », dévoile le journaliste Jameson Francisque. Pour ce faire, l’équipe réalise hebdomadairement des « réunions par téléphone » afin de commenter la production éditoriale et discuter des travaux à réaliser.

Aussi, les conférences de la rédaction, qui autrefois se faisaient avec toute l’équipe, sont remplacées par des rencontres individuelles ou avec deux journalistes au maximum afin de réduire les interactions physiques et respecter au mieux la distance sociale.

Travail à distance

À la radio télé Galaxie, les responsables choisissent le travail à distance indique le journaliste Jean Allens Macajoux. « Pour la salle des nouvelles, on fait travailler un petit groupe qu’on équipe de matériels nécessaires. Les autres sont priés de rester chez eux en attendant qu’on ait assez d’équipements pour permettre une rotation », souligne Macajoux.

La rotation de l’équipe est déjà à l’œuvre à Scoop Fm. « Un petit groupe d’employés est retenu et confiné à la radio pendant 15 jours, confie un membre de Scoop sous couvert d’anonymat. Après cette période, on fera appel à un autre groupe qui lui, passera aussi 15 jours confiné à la station ».

Si un flou demeure sur ce que sera leur salaire pour avoir travaillé seulement 15 jours pendant le mois, certains employés interrogés approuvent cette mesure qui selon eux, les aide à ne pas avoir à se frotter quotidiennement à d’autres gens dans les transports en commun.

Un changement radical de comportement

Désormais, voir des journalistes s’approcher trop près des lèvres de leurs interlocuteurs est du passé. Les travailleurs de la presse deviennent très sensibles à la distance sociale prônée pour se protéger du COVID-19.

Pierre Bens Placide couvrait le vendredi 3 avril 2020 la libération du journaliste Luckner Désir, arrêté un peu plus tôt dans la journée. Ce cameraman dit avoir tout fait pour éviter la foule qui s’est rassemblée devant le commissariat de Pétion-Ville.

Même comportement pour Ricardo Lambert qui prend son temps pour expliquer à ses interviewés l’importance de la distance sociale bien avant d’entamer tout entretien. « Je leur explique que mon comportement vise à la fois ma propre protection, mais aussi la leur », souligne-t-il.

Pas de journalistes dans les conférences

Dans une note parue le 29 mars 2020, le bureau du secrétaire d’État à la Communication a décidé que les conférences de presse pourront désormais être suivies sur la Télévision nationale d’Haïti et sur la Radio nationale. Les journalistes qui veulent poser des questions doivent le faire par téléphone.

Selon les responsables, cette décision est prise dans le souci de respecter les consignes liées aux rassemblements et à la distance sociale et vise « à protéger » les travailleurs de la presse.

Sur les réseaux sociaux, certains journalistes ont protesté contre la mesure qui pose le risque de l’installation d’un filtre additionnel dans le choix de questions complaisantes et la suppression des interventions qui peuvent embarrasser l’administration.

Les autorités ne sont pas revenues sur cette décision.

Commentaires

Samuel Celiné
Poète dans l'âme, journaliste par amour et travailleur social par besoin, Samuel Celiné est journaliste à Ayibopost. Il s'intéresse aux enquêtes journalistiques.

La misère économique des artistes et musiciens évangéliques en Haïti

Previous article

Les jeunes couples haïtiens défient le Coronavirus

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost