AYIBOSPORTEN UNESPORT

Cavaliers-Warriors : Chapitre III

0

Pour une 3e année d’affilée Cleveland et Golden State vont s’affronter en finale de la NBA. C’est loin d’être la finale la plus répétée de l’histoire de la ligue, mais jamais deux équipes ne se sont affrontées autant de fois consécutivement. Une dynastie en gestation!

En 2014, Lebron, d’un côté, était revenu dans son équipe de cœur pour respecter sa promesse de titre. Il s’est donné les moyens de sa politique en constituant un BIG 3 redoutable aux côtés de Kevin Love (une machine à double-double) et de Kyrie Irving (un scoreur né). Dès le début, on voyait déjà les Cavaliers en finale puisqu’à l’Est, le Heat de Miami qui régnait depuis 4 ans, était dissout avec le départ de Lebron, Les Pacers étaient orphelins de leur leader Paul George, Derrick Rose et Jimmy Butler se battaient pour l’option #1 des Bulls, Les Raptors n’avaient pas assez de talent pour espérer contrer les Cavs. Les Warriors d’un autre côté, étaient l’équipe surprise de la saison. 6e de la conférence ouest, et sorti lors du premier tour des playoffs, l’année précédente, les Warriors vont connaître une progression étonnante. Ils vont finir premier de leur conférence avec 67 victoires en 82 matches, avec un style osé et spectaculaire symbolisé par le jeu de Stephen Curry (MVP de la saison régulière). Les Warriors et les Cavaliers n’ont pas donné de chance à leur adversaire. Avant la finale Cleveland et Golden State ont respectivement perdu 2 et 3 matches. La finale s’annonçait passionnant ! Sauf que, Cleveland qui devait aligner un BIG 3 s’est transformé en un véritable One Man Show avec un Lebron esseulé après la perte de Kevin Love et de Kyrie Irving. Malgré tout, les Warriors ont été menés 1-2 avant de remporter les 3 derniers matches avec un coup de génie de Steve Kerr : l’intégration d’André Iguodala dans son 5 de départ qui a permis à Golden State de retrouver son équilibre et ainsi remporter la série 4-2. Iguodala fut élu MVP !

En 2016, Les Warriors ont eu une saison régulière historique avec 73 victoires. Du jamais-vu ! Ils étaient en mission : montrer à tout le monde qu’ils étaient les nouveaux rois de la ligue, et ainsi faire taire toutes les critiques de l’intersaison qui voyaient en eux des champions chanceux, à cause du fait qu’ils avaient affronté à chaque fois des adversaires amputés d’un de leurs meilleurs joueurs. Mené par un Stephen Curry stratosphérique (meilleur marqueur et MVP de la saison), Golden State écrasait tout sur son passage. L’équipe était devenue une machine à gagner sans pitié pour ses adversaires qu’elle pulvérisait les uns après les autres. L’objectif ultime restait tout de même le titre ! Les Cavs, quant à eux, n’ont pas été aussi excellents. Ceci a provoqué le départ de David Blatt pour l’arrivée de Tyron Lue sur le banc. Les Cavs se sont ajustés en milieu de saison pour être mieux armé pour l’ultime épreuve. Le résultat s’est fait sentir durant les playoffs, car Cleveland n’a pas eu beaucoup de grande difficulté pour atteindre la finale, alors que Golden State a eu quelques frayeurs en finale de Conférence face à Oklahoma en se faisant mené 1-3. Il a fallu une remontée spectaculaire des Warriors pour passer cette étape. En finale contre les Cavs, les Warriors ont rapidement montré qu’ils étaient la meilleure équipe avec un avantage 3-1, à une victoire du titre, jusqu’au moment Draymond Green se fait suspendre pour le Game 5 et que Bogut soit blessé et indisponible pour les 2 derniers matches de la série. Les Cavs en ont bien profité pour réussir l’exploit historique de gagner la finale 4-3, avec un excellent Kyrie et surtout un Lebron en mode extraterrestre (leader des 5 catégories de stats les plus dominants lors de cette finale). Le King avait finalement accompli sa mission !

En 2017, les Warriors se sont renforcés avec l’arrivée de Kevin Durant. Un transfert qui a choqué le monde du basket tout entier. Très peu de spécialistes ont pu anticiper la décision de Durant pour rejoindre Golden State. Cela a vite suscité pas mal de remous autour de la NBA : joueurs, observateurs et fans ne s’y attendaient pas. Les Warriors veulent reprendre leur bien alors que Kevin Durant, impatient avec le Thunder, veut enfin ajouter un titre à son palmarès. Les experts ont vite conclu que cette équipe serait intraitable, une machine infernale avec 4 des 15 meilleurs joueurs de la ligue. Le résultat a été très vite remarqué sur les parquets avec 81 % de victoires sur la saison régulière. De son côté, Cleveland a eu une moins bonne saison, malgré l’arrivée de quelques joueurs venus en renfort. En difficulté défensive durant toute la saison, Les Cavs n’ont remporté que 23 victoires sur les 46 derniers matches. Ils ont même abandonné la première place à l’Est aux Celtics. On s’interrogeait sur la capacité de Cleveland à reprendre les bonnes habitudes au bon moment: Les playoffs ! À ce stade de la compétition, les Warriors se sont montrés impitoyables avec un bilan historique 12-0 et une marge de victoire de +16 points face à ses adversaires. Tandis que les Cavs ont fait dissiper tous les doutes juste avant cette phase avec une seule défaite en 13 matches ! Jamais on a vécu une telle domination de deux équipes au cours d’une même année dans leur conférence respective. L’affiche de la finale fut prévisible voire inévitable !

Cette finale est le 3e chapitre d’une série déjà passionnante et intrigante. La plupart des observateurs avisés donnent le statut de favori aux Warriors : à cause de leur effectif surtout avec l’intégration de Kevin Durant. Certains pensent que Durant devrait être l’option numéro 1 de cette équipe vu les performances de Curry lors des finales précédentes. Attention ! En 2015, Curry n’a pas été MVP, mais il a eu la meilleure moyenne de points et de passes décisives de son équipe. En 2016, il a été le meilleur marqueur des Warriors. Golden State peut gagner un match sans un très bon Stephen Curry. Mais sur une série, face aux Cavs, il est impératif que Curry soit à la hauteur, le leader, le chef. Certains pensent que les Cavs sont favoris à cause du fait qu’ils tirent beaucoup mieux à 3 points que les Warriors cette année. Attention ! Golden State a été meilleur à 3 points lors des 2 premières finales, mais Cleveland a quand même gagné l’an dernier. Donc être meilleur à 3 points ne garantit pas le titre impérativement. Ne vous fiez pas aux stats de Klay Thompson, car il est passé d’option numéro 2 à option 3 en attaque. Ne vous fiez pas non plus à l’impression que Kevin Love joue de loin une meilleure saison aux Cavs, car durant ces playoffs Love a la même moyenne de points qu’il avait lors des playoffs de l’année dernière avant la finale : 17 points / match).

Cette finale annonce déjà les couleurs : les 2 équipes sont au complet, et elles se connaissent mieux. Les Cavs ont appris à jouer rapide et à tirer à 3 points comme les Warriors. Les Warriors ont ajouté un joueur physique, athlétique et talentueux dans leur effectif pour contrecarrer le style des Cavs. De quoi rendre cette finale encore plus indécise. Que le meilleur gagne !

Twitter: @pjprudent

Commentaires

Paul Junior PRUDENT
Je suis diplômé en Droit et étudiant en Communication Sociale. Je suis un amoureux fou du sport, passionné de la lecture et de l’écriture. Journaliste et commentateur sportif, j’anime l’émission Sportmania sur Radio Ibo.

Visa américain : Les politiciens haïtiens doivent se libérer du marchandage politique !

Previous article

Être homo, lesbienne ou bisexuel en Haïti

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost