Opinions

Opinion | La Lettre onirique d’un ancien fonctionnaire du gouvernement Américain sur la Crise Haïtienne

0

Beaucoup semblent croire qu’un changement de leadership à travers une autre transition résoudra tout. Cependant, de tels changements ne seront pas efficaces sans unité et une vision claire de l’avenir d’Haïti.

Read this piece in English

Comme beaucoup d’Haïtiens vivant à l’étranger, il m’arrive souvent de rêver de ma terre natale. Dans l’un de ces rêves, j’ai reçu une lettre de mon ami américain, Peter. Ancien fonctionnaire du gouvernement américain avec plus de 30 ans d’expérience, la carrière de Peter comprenait une affectation en Haïti après le dévastateur séisme de 2010. Nous nous sommes rencontrés à cette époque et avons forgé une solide amitié.

Dans mon rêve, notre conversation a inévitablement tourné autour de la crise actuelle qui se déroule en Haïti. Après la fête, j’ai rêvé que Peter m’avait envoyé une lettre partageant ses réflexions sur la situation. Voici ce que Peter a écrit :

Mon cher ami,

J’espère que cette lettre te trouvera, ainsi que ta famille, en bonne santé. C’était génial de te voir à ma fête de départ à la retraite. Je suis vraiment reconnaissant que tu aies fait le déplacement pour célébrer cette étape importante avec moi. Je ne sais pas ce que je vais faire ensuite, mais je suis enthousiaste à l’idée de cette prochaine étape.

Notre conversation sur Haïti m’a marqué, me poussant à partager mes réflexions avec toi. Ayant pris ma retraite de mon poste au sein du gouvernement américain, j’ai maintenant la liberté de m’exprimer ouvertement sur mes expériences de travail sur le dossier haïtien. Mon temps en Haïti est gravé dans ma mémoire, rempli d’amitiés durables et d’une profonde appréciation de la résilience et de la beauté du pays.

Je reconnais que de nombreux Haïtiens pensent que les États-Unis sont responsables des problèmes actuels de leur pays. Bien que je ne puisse pas défendre les actions de mon gouvernement dans cette lettre, il est important de comprendre que la politique étrangère de chaque pays est conçue pour servir ses intérêts nationaux. En tant que fonctionnaire, ma responsabilité principale était de défendre ces intérêts. Dans cette perspective, j’espère partager quelques idées qui, je l’espère, pourront t’aider, ainsi que d’autres Haïtiens, à développer des stratégies plus efficaces pour interagir avec les États-Unis.

Sur le plan humain, j’éprouve une profonde empathie pour le peuple haïtien qui a enduré d’immenses souffrances sous la domination des pouvoirs coloniaux, y compris les actions passées de mon propre gouvernement. Les inégalités de longue date et l’insécurité actuelle causée par les gangs exacerbent une situation déjà difficile, rendant la vie insupportable pour la plupart des Haïtiens.

Je souhaite aborder la perception selon laquelle les États-Unis ont un contrôle absolu sur les affaires d’Haïti. Bien qu’il soit vrai que nous exerçons une influence considérable, insinuer que les Haïtiens n’ont aucun pouvoir propre serait nier leur agence et leur résilience. Notre influence est plus limitée que la plupart des gens ne le réalisent. Vos dirigeants exploitent souvent un discours irresponsable pour ce decharger de leurs actions. Comme vous le dites en créole, ils veulent éviter d’être tenus responsables en déclarant : « Se pa fòt mwen ! »

Vos dirigeants le savent et exploitent souvent un discours irresponsable pour se décharger de leurs inactions.

Notre programme de sanctions est un bon exemple des limites de notre pouvoir en Haïti. Si nous avions un contrôle complet sur Haïti, nous n’aurions pas besoin d’utiliser notre système juridique pour poursuivre des personnes que nous savons corrompues. Notre système juridique peut être lent, et même si nous réussissons à sanctionner quelqu’un, cette personne reste libre et peut influencer les événements en Haïti. Si nous avions un contrôle complet, nous nous en serions occupés directement en Haïti. Nous avons essayé de vous aider à réformer votre système judiciaire, mais aucun de vos dirigeants n’en a fait une priorité. En fin de compte, il appartient à Haïti de créer un système équitable qui rende tous les citoyens responsables.

Une autre accusation que nous affrontons est que la communauté internationale a sélectionné Monsieur Ariel Henry. La vérité est que c’est votre président, Jovenel Moïse, qui a nommé le premier ministre et la décision a été officialisée dans votre journal officiel, « Le Moniteur. » Ce processus a suivi les lois d’Haïti. C’est pourquoi le premier ministre Claude Joseph a accepté de démissionner.

La vérité est que c’est votre président, Jovenel Moise, qui a nommé le premier ministre et la décision a été officialisée dans votre journal officiel, « Le Moniteur. »

En ce qui concerne l’affirmation selon laquelle nous nous ingérons dans votre système politique. Il est vrai que notre gouvernement fait des demandes à vos responsables, mais ce ne sont pas des édits. Vos responsables ont le pouvoir de les refuser. Un exemple clair est l’élection de 2016. Notre gouvernement s’est opposé à ces élections et n’a pas fourni de soutien financier. Malgré cela, le président intérimaire Privert a utilisé des fonds haïtiens pour organiser les élections de toute façon.

La réalité est que vos campagnes politiques sont principalement financées par votre élite des affaires. Les candidats qu’ils soutiennent utilisent ensuite cet argent pour influencer les élections en créant des gangs armés et en achetant des votes. En outre, vos élites et politiques créent les gangs pour protéger leurs intérêts ou èliminer leurs concurents. Maintenant, ces gangs sont devenus puissants et indépendants, et terrorisent la population. Accuser les États-Unis ou les Nations Unies de ces problèmes locaux, c’est ignorer un problème que les Haïtiens eux-mêmes ont créé.

Une des accusations les plus graves contre les États-Unis est que nous fournissons des armes aux gangs en Haïti. Les gens devraient comprendre que la possession d’armes est profondément ancrée dans la société américaine, et certains États, comme la Floride, ont des lois sur les armes à feu assouplies qui permettent aux individus d’acheter des armes relativement facilement. Cependant, le trafic illégal d’armes à feu vers Haïti est déjà interdit par la loi américaine. Les États-Unis ont imposé un embargo sur les armes à Haïti, ce qui signifie qu’il est illégal d’exporter des armes vers le pays. Nous avons également pris des mesures pour freiner cette activité illégale, notamment à South Miami, un important centre de ce commerce. Curieusement, de nombreux trafiquants et acheteurs impliqués dans cette activité illégale sont eux-mêmes haïtiens.

J’ai entendu des militants proposer que nous devrions inspecter de près chaque envoi à destination d’Haïti pour prévenir le trafic d’armes. Ce serait une entreprise extrêmement coûteuse et chronophage. De plus, cela nous obligerait à détourner des ressources de la protection de nos citoyens pour fouiller chaque conteneur, voiture, boîte, vieux téléviseur et matelas, et les nombreux autres endroits de dissimulation potentiels que les trafiquants utilisent pour expédier des armes et des munitions vers Haïti. Même si nous pouvions consacrer nos ressources à cette tâche, ces criminels ont d’autres itinéraires, y compris par la République dominicaine et les routes de la drogue en provenance d’Amérique du Sud.

Même si nous pouvions consacrer nos ressources à cette tâche, ces criminels ont d’autres voies d’accès, notamment la Republique Dominicaine et les routes de la drogue en provenance d’Amerique du Sud.

La véritable solution à ce problème réside au sein même d’Haïti. Le pays doit prendre le contrôle de ses ports et de ses frontières. Si les Haïtiens veulent que leur pays retrouve sa souveraineté, ils doivent commencer par protéger leurs propres frontières. Il n’est pas faisable de demander à nos contribuables de payer pour cela. Bien que les États-Unis soient disposés à aider, c’est finalement à Haïti de protéger son pays et son peuple.

Je ressens profondément la souffrance du peuple haïtien. Les récentes statistiques sur la criminalité et la famine sont vraiment terribles. C’est déchirant de savoir que votre peuple traverse une situation aussi difficile. Cependant, en tant qu’Américain, j’ai l’avantage d’être quelque peu détaché de la crise immédiate. Cela me permet de considérer le tableau plus large. Le développement du réseau criminel en Haïti me préoccupe profondément. Ce n’est pas seulement votre problème ; cela provoque une crise migratoire qui affecte toute la région. Nous voulons tous une Haïti stable, tant pour le bien-être de la région que pour éviter des crises comme celle de l’année dernière à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

C’est pourquoi mon gouvernement soutient les efforts internationaux pour aider votre police. En fait, plusieurs sondages montrent que près de 70% des Haïtiens soutiennent la mission dirigée par le Kenya et approuvée par l’ONU. Trois mois plus tard, les personnes vivant sous la menace d’enlèvements et de meurtres se demandent pourquoi la mission met tant de temps à arriver. Elles pensent que le retard est intentionnel et que la communauté internationale ne veut pas vraiment aider Haïti. Elles ne savent peut-être pas qu’une organisation haïtienne, soutenue par ses partenaires aux États-Unis, finance l’affaire au Kenya qui bloque la mobilisation. Ces groupes de la société civile, malgré l’absence de reddition de comptes envers le peuple haïtien et sans offrir de solutions alternatives, financent cette action en justice et agissent dans le secret. Ironiquement, ils blâmeraient probablement la communauté internationale s’ils parvenaient à stopper la mission.

Autre préoccupation : le coût de la mission. Le gouvernement kényan estime qu’il aura besoin d’au moins 600 millions de dollars américains. C’est beaucoup d’argent, et de nombreux Haïtiens se demandent pourquoi cela ne pourrait pas être utilisé pour renforcer l’armée et la police haïtiennes.

Comme vous le savez, chaque pays décide indépendamment quand et comment fournir une aide à Haïti. Tous le font en fonction de leurs politiques étrangères et de leurs priorités. On les appelle des « accords bilatéraux ». Cependant, aucun pays ne voulait envoyer ses forces armées en Haïti pour deux raisons. La première est que personne ne veut être responsable des problèmes d’Haïti. L’autre est la crainte d’être perçu comme des envahisseurs. C’est pourquoi la mission a dû être approuvée par l’intermédiaire des Nations unies (ONU), dont Haïti est membre. Financer une mission de l’ONU n’est pas aussi simple ou direct que conclure un accord bilatéral. L’ONU ne peut pas simplement lever des fonds pour une mission et les rediriger vers Haïti pour renforcer son armée ou sa police. L’ONU n’a pas ce pouvoir, car la construction de forces armées relève de la responsabilité souveraine de chaque nation.

De plus, s’attendre à ce que la communauté internationale remette 600 millions de dollars à un gouvernement considéré comme illégitime par beaucoup est tout simplement déraisonnable. Pour nous, aux États-Unis, notre aide suit des lois et des règles strictes adoptées par le Congrès. Nous subventionnons le salaire de vos agents et finançons leur formation. Nous investissons également massivement dans l’infrastructure, l’éducation, les soins de santé et la sécurité en Haïti. Ces fonds proviennent de nos contribuables, et leur utilisation doit être conforme à nos lois.

L’ONU n’a pas ce pouvoir, car la constitution de forces armées relève de la responsabilité souveraine de chaque nation.

Les violences et l’instabilité en cours en Haïti suscitent une profonde préoccupation. Beaucoup semblent croire qu’un changement de leadership à travers une autre transition résoudra tout. Cependant, de tels changements ne seront pas efficaces sans unité et une vision claire de l’avenir d’Haïti. Une chose est claire pour moi : ni votre gouvernement actuel ni l’opposition n’ont un large soutien de la population.

Pour les Haïtiens, tant en Haïti qu’à l’étranger, la voie à suivre consiste à élire des dirigeants largement acceptés comme légitimes et capables de s’engager efficacement avec la communauté internationale. Ces dirigeants devraient définir les objectifs politiques et les limites d’Haïti. Renforcer la souveraineté d’Haïti commence par sécuriser ses frontières et ses ports, ce qui est essentiel pour réduire les influences externes et contrôler les activités illégales. La diaspora haïtienne devrait viser à avoir une voix aussi unifiée que possible, veillant à ce que ses recommandations et demandes soient cohérentes et impactantes dans les discussions internationales.

Cette approche, combinée à un engagement stratégique avec des pays comme les États-Unis, sera cruciale pour aligner le soutien international sur les intérêts et la souveraineté d’Haïti.

J’espère que vous pardonnerez la longueur de cette lettre, mais je pense qu’il était essentiel de présenter une perspective différente qui pourrait élargir votre compréhension. Voir les choses d’un autre point de vue est crucial, car cela peut favoriser des discussions et des collaborations plus nuancées, conduisant à des solutions plus efficaces pour les défis auxquels votre pays est confronté.

Jusqu’à ce que nous nous revoyions, je vous souhaite le meilleur et prie pour que le peuple haïtien trouve quelque paix pendant cette saison des fêtes.

Par Johnny Celestin

Image de Couverture : | © Jean Feguens Regala/AyiboPost


Gardez contact avec AyiboPost via :

► Notre canal Telegram : cliquez ici

► Notre Channel WhatsApp : cliquez ici

► Notre Communauté WhatsApp : cliquez ici

Johnny Celestin is a political analyst, community advocate, and founding member of Defend Haiti's Democracy. He is the Chairman of Konbit for Haiti and an active board member of various Civil Society Organizations (CSOs) in Haiti and the U.S., including the Center for Haitian Leadership and Excellence (CLE); Sustainable Organic Integrated Livelihoods (SOIL); Defend Haiti’s Democracy (DHD); the Haiti Policy House; Forum Haïtien Pour la Paix et le Développement Durable (FOHPDD); Peace Dialogue and Acceptance, Reconciliation and National Healing. He is a Deputy Director at the NY City Mayor's Office of Minority and Women-owned Business Enterprise (M/WBE).

Comments

Comments are closed.