EN UNEPOLITIQUE

Pourquoi je n’ai pas voté ?

0

Voter ! Le verbe à la mode ces derniers temps… Moi, je ne suis pas allé voter et je crois avoir une raison. Le dimanche 9 août, peu d’Haïtiens sont allés voter et ceci a fait toute une histoire. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre.

De grandes personnalités ont donné leur avis. Certains ont critiqué de façon très négative, d’autres ont essayé de justifier les non-votants et la plupart d’entre eux a préféré lire et commenter les autres, et j’étais de ceux-là. Maintenant j’ai décidé de parler. Le jour du scrutin, mon grand frère voulait me forcer la main en me disant de l’accompagner pour aller voter. Il m’a même sorti un argument assez solide sur le fait que je suis toujours là à écrire ou à me dresser dans mes dires contre un système qui nous tue à petit feu dans un pays où le bien-vivre semble impossible. Et cela a failli marcher, j’ai failli m’habiller et sortir pour aller voter, mais non, je suis resté sur ma position première. Je n’irai pas voter ! Pourquoi, d’après vous ?

La raison est simple, je n’y crois plus ! Ces belles phrases toutes faites sur la démocratie qui nous apprend que le citoyen a des droits et devoirs, que le peuple a un pouvoir : celui de diriger le pays par son choix en accomplissant un si noble devoir qu’est celui de voter. Ben oui, c’est vrai tout cela, mais seulement dans une démocratie, une vraie démocratie dans un pays où ce qui est écrit est appliqué, pas en Haïti. Vous le savez aussi bien que moi, dans notre si beau pays, il n’y a que de beaux textes de lois, de belles paroles …si belles qu’on pourrait nous faire croire que les contes des frères Grimm ne sont que  pure vérité. Restons zen ; pourquoi voter quand on sait que ce ne sont pas vraiment nous qui décidons ? Voter en masse ou pas, on aura toujours des résultats qui ne refléteront point la « vox populi » mais de préférence la voix de ceux-là qui dirigent ce pays depuis assez longtemps pour devenir maître dans ce jeu d’échecs si bien réfléchi.

Qui vote en Haïti ? Le peuple ou ceux qui mènent ce peuple en bateau depuis des décennies : les bourgeois et les Blancs ayant de grands intérêts économiques ? J’aimerais bien une réponse assez franche à cette question. Je vous laisse réfléchir… On me demande de participer à cette mascarade organisée par cette institution que l’on dit être indépendante et en laquelle je devrais placer toute ma  confiance…  Si vous voulez le faire vous-même, allez-y, mais moi, je ne veux pas m’engager sur cette voie.

CEP, CEP, CEP, j’en ris.

Pourquoi notre CEP laisse voter un individu (voter : devoir du citoyen) alors que la candidature de ce dernier a été rejeté pour cause de nationalité ? Pourquoi notre CEP publie des résultats, les corrige et les recorrige ? Est-ce un bon exemple de transparence ?  Alors, dites-moi, dois-je vraiment  me fier à cette institution et aller accomplir mon devoir de citoyen ? Foutaise…

Je  ne vais pas jouer à l’hypocrite et salir mon doigt alors que je sais très bien que cela ne servira à rien. Quelle est la dernière fois qu’une élection haïtienne a reflété la voix du peuple ? Je me le demande bien. 2006 ? 2010 ? Les deux grandes élections que j’ai connu, qui me dira que ces dernières ont été de bonnes élections ? À quand donc une élection en Haïti ? Regardons ce 9 août dernier, mille et une contestations, de dénonciations, de demandes d’annulation, de demandes de renvoi du CEP qui n’est pas crédible, en laquelle on a pas confiance, tout le monde était d’accord que ce n’était qu’une mascarade mais le 25 octobre on me demande de participer avec ce même CEP ? Et beaucoup de ceux qui criaient contre sont levés pour aller voter, faites-moi donc comprendre ce geste. J’ai été étonné de voir des candidats qui demandaient  l’annulation, continuer leur campagne électorale et participer aux votes avec les mêmes organisateurs, ne sont-ils pas sains d’esprits ou sont-ils tout simplement hypocrites ?

Je compte aller voter dans ma vie, j’espère que je le pourrai un jour mais pour cela, il faudra avant tout que je sois rassuré, que je fasse confiance aux organisateurs, et que ma voix, neutre, pour ou contre la tendance,  soit comptée comme une et une seule voix. Le système dans lequel nous sommes ne nous permet point de faire un pas, élection après élection, on aura toujours un pays qui se recherche dans un système pour lequel il n’est pas prêt, pour lequel le peuple n’est ni assez éduqué ni formé. La démocratie ne nait pas d’un coup de tête par le vouloir d’un petit groupe ou d’un étranger puissant. À quand donc la conscience populaire ? À quand donc la vraie démocratie ?

Je n’ai pas été voté car j’ai voulu être honnête avec ma conscience…

Claude Alain Etienne

Commentaires

Non ! Donner aux pauvres n’encourage pas la mendicité

Previous article

Notre nouveau voisin, un petit chef insolent

Next article