EN UNESOCIÉTÉ

Pour une utilisation intelligente de la technologie en période de crise

0

Aujourd’hui la technologie est très présente dans le quotidien Haïtien. Avec un téléphone intelligent (smartphone) le monde est à la portée de tous et nos nombreuses interactions dans ce monde se sont intensifiées ces dernières années grâce aux réseaux sociaux. Une avancée qui peut faire de nombreux dégâts si on n’en fait pas une utilisation consciente.

Pendant le passage de l’ouragan Mathieu sur Haïti, certaines personnes mal intentionnées ou à la recherche de buzz ont profité de l’occasion pour semer la panique au sein d’une population déjà sous alerte cyclonique. Via Facebook, Twitter et WhatsApp des bandes sonores portant des messages faussés et abusant de l’angoisse des gens ont circulé. Des images horribles n’ayant rien à voir avec le Cyclone Mathieu ont fait le tour des réseaux sociaux.

Un exemple concret de ce type de comportement est la bande sonore annonçant la disparition du département de la Grand’Anse et d’autres prévisions encore plus alarmantes. Un comportement répréhensible qui peut avoir un effet néfaste sur la population dans un climat déjà intense.

Quelques initiatives dignes

D’autres initiatives louables et citoyennes ont aussi attiré l’attention sur une utilisation ingénieuse de la technologie dans les moments de panique. Pendant le passage du cyclone Matthew, le Réseau des Blogueurs Haïtiens (RBH)   a créé sur les plateformes Twitter et Facebook le compte @MatthewHaïti qui faisait circuler des informations vérifiées. Ce regroupement de blogueurs haïtiens a mis de l’information claire et simple qui s’est fait positivement remarqué dans le flot de rumeurs et de faussetés qui coulait sur les réseaux sociaux. Des médias internationaux dont RFI et France Info TV ont retweeté des informations venant de @MatthewHaïti pour informer leurs abonnés. Le RBH a réussi son pari, informer la population en temps réel sur le passage du cyclone et le comportement à adopter en conséquence.

La Direction de la Protection Civile (DPC) a été extrêmement active sur ses comptes Facebook et Twitter. La DPC a  été pour la grande majorité des médias la source principale d’information sur le passage du cyclone. Elle a parallèlement mené une campagne de sensibilisation auprès de la population sur les comportements à adopter.

Carel Pèdre, animateur de radio haïtien a même été invité au TEDx Point-à-Pitre, une série de conférence annuelle sur des idées et expériences inspirantes, pour parler  de son utilisation des réseaux sociaux pendant la période du séisme du 12 janvier.

Il a tout de suite après le séisme, partagé des informations qui ont permis de sauver des vies. Il a par ailleurs informé des centaines d’haïtiens vivants à l’étranger sur la situation de leur famille en Haïti. Le monde entier et surtout la diaspora haïtienne estimée à deux millions de personnes, ont eu grâce à ses tweets une idée de l’ampleur des dégâts. Devenu l’un des correspondants de plusieurs médias internationaux, il a fait une utilisation sensée de Twitter, de Facebook et de Skype. De-là Carel Pèdre a gagné en notoriété et est devenu un gourou des médias sociaux, présentement quatre-vingt-dix milles (90.000) personnes sont abonnés à sa page Twitter, plus de trois cent trente-huit mille cinq cent (338.500) sur Facebook et sa page Instagram affiche les cent quarante-six milles (146 000) abonnées. Ces réseaux sociaux deviennent ses plateformes où ils partagent les pépites de sa vie et de son travail avec ses milliers de fans.

Les réseaux sociaux en Haïti

Très populaire auprès de la jeunesse, Facebook, Twitter, Instagram et YouTube sont consultés au quotidien. Ces plateformes permettent de rester connecter avec ses proches et avec le monde. L’utilisation est frénétique, il faut tout simplement se procurer un téléphone intelligent et d’une connexion internet.

Réduire la fraction numérique est le nouveau défi à relever, 7.412 million d’haïtiens utilisent un téléphone portable. 12%  de la population soit 1.233 million d’habitants ont accès à internet d’après les chiffres publiés en juillet 2015 par Central Intelligence Agency (CIA)   La même année le journal AlterNative (International Journal of Indigenous Peoples) présente un bilan sur les langues indigènes les plus présentes sur Twitter et le créole haïtien occupe la deuxième place sur vingt (20) pays avec plus de 4, 294, 836 tweets. L’internet est une ressource illimitée, un vecteur de développement sociale et à ce jour une grande partie de la population n’en a pas accès et ne peut pas bénéficier de ses services.

Par manque de moyen tous les haïtiens n’ont pas encore accès à un téléphone intelligent mais le pays se connecte au numérique à son rythme.

Soucaneau Gabriel

Commentaires

Soucaneau Gabriel
Je suis Soucaneau Gabriel, Journaliste Freelance. Blogueur, animateur radio et télé. Un passionné, un jongleur des mots, poète si on veut. Passionné de lecture, de voyages, de rencontres. La vie est ma plus grande source d’inspiration. Libre dans ma façon d’agir, dans ma tête ainsi que dans mes écrits. Je ne suis pas là pour me conformer aux critères mais plutôt pour faire sauter des barrières. A bon entendeur...

    La jouissance feminine

    Article Precedent

    Cœur à cœur avec Léonne

    Article Suivant

    Comments

    Comments are closed.