CULTURE

Pour éviter les balles de Martissant, Cantave K prend la mer pour se rendre au Festival de Cannes

0

Le jeune comédien et acteur foule le tapis rouge du prestigieux Festival de Cannes, avec le film Freda, réalisé par Gessica Généus

Alors que le soleil tire sa révérence le 23 juin dernier, un jeune homme, visiblement stressé pose sa mallette dans une petite embarcation à la Marine de Bizoton, à Carrefour.

Cantave K prenait son bateau de la dernière chance pour Port-au-Prince, après avoir tenté sans succès de traverser Martissant, transpercé par les pluies de balles.

Le petit bateau tangue sur une mer inoffensive. Cantave K, né Kerven, se trouve entouré de passagers policiers, lourdement armés, mais pas assez braves pour se risquer à traverser Martissant. La guerre inter-gangs qui sévit dans la zone a déjà occasionné le déplacement de presque 20 000 citoyens. « C’était stressant », admet le novice des excursions maritimes.

Cantave K, né Kerven, se trouve entouré de passagers policiers, lourdement armés, mais pas assez braves pour se risquer à traverser Martissant.

Trois semaines après cet épisode houleux, c’est un visage visiblement heureux qui fait le tour de la toile. L’humoriste acteur, en tailleur trois-pièces rouge grenat, ainsi que six autres artistes et techniciens haïtiens, défile sur le tapis rouge du prestigieux Festival de Cannes, en France, pour le visionnage du film Freda, réalisé par Gessica Généus.

À sa projection le 14 juillet, Freda a occasionné un standing ovation de plus de huit minutes des spectateurs présents. Deux jours après, le long métrage tourné en Haïti et en créole remportait la mention spéciale découverte du prix François Chalais.

Ce deuxième gros projet de Généus, après le documentaire Douvan Jou Ka Leve, met en scène la vie d’une famille haïtienne, prise au piège de l’insécurité dans un quartier défavorisé.

« C’est extraordinaire », dit Cantave K « C’était un moment intense », continue le jeune acteur, aux anges. « C’est grandiose. »

Cantave K aurait pu ne pas vivre ce moment. Ne pas voyager était une forte possibilité, à cause de l’insécurité ambiante au sud de la capitale. Mais il refuse de blâmer son quartier de naissance, Carrefour, pour ces tourments. « Le problème c’est que je vis dans un pays instable, dit-il. Ceci arrive parce qu’on n’a pas un pays et que les bandits prennent une zone en otage. »

C’est d’ailleurs le climat de sécurité de la France qui attire son attention, dès son arrivée. « J’ai été choqué de voir une dame en train de lire un livre dans la rue, avec son chien en laisse, rapporte-t-il. Je me suis dit wôw, ce serait difficile de voir une image pareille en Haïti. »

Kerven Cantave, 25 ans, commence une carrière artistique prometteuse, en accéléré dès 2017. Il a offert au public son premier spectacle de comédie l’année dernière, après des années dans l’événementiel, mais aussi devant son écran, à scruter les faits et gestes d’humoristes français sur YouTube.

Formé à ACTE, une école dirigée par l’humoriste Gaëlle Bien-Aimé, le jeune comédien a attiré l’attention de Gessica Généus, sur qui il avait fait « une blague pourrie ». Il rejoint l’équipe de la réalisatrice à partir de 2019 pour le tournage de Freda, alors que l’insécurité et le kidnapping terrorisent le pays.

Dans le film, Cantave K incarne le personnage de Moïse, le frère de Freda qui elle-même est jouée par la jeune comédienne et chanteuse Néhémie Bastien. Pour l’humoriste, ce rôle met en lumière les mécanismes de construction des hommes dans la société haïtienne.

Image : Patrick Sibourd

Le one man show « Follow Cantave K » était un succès, dès son début. Freda se trouve acclamé en Haïti, en France et ailleurs. C’est quoi le prochain objectif du natif de Carrefour ? « Cantave vise l’international ! » lâche-t-il. C’est déjà fait, de toute façon !

Commentaires

Widlore Mérancourt
Éditeur en chef d'Ayibopost. Consultant média. Amateur de philosophie. Grand curieux des nouvelles façons d'exercer le journalisme. Grand curieux, tout simplement.

Comments

Comments are closed.