Opinions

Opinion | Les conséquences imprévues de la nouvelle politique d’immigration de Biden

0

Cela n’est guère une politique d’immigration complète, positive ou progressiste

Read this piece in English

Le 5 janvier, l’administration Biden a surpris le monde occidental avec une nouvelle politique d’immigration qui permet aux migrants bénéficiant d’un statut de protection permanent ou même temporaire (TPS) de certains pays des Caraïbes de faire venir 30 000 membres de leur famille chaque mois aux États-Unis en leur donnant un permis de travail. Bien que l’intention soit louable, cette approche de l’asile comporte des conséquences imprévues qui sont incertaines et risquées.

Le changement soudain de politique de l’Administration révèle une possible impasse en matière d’immigration et des vents contraires économiques pour les demandeurs et leurs parrains. Essentiellement, cela peut ne pas être dans le meilleur intérêt de ceux qui ont un statut temporaire aux États-Unis lorsqu’ils préparent la demande de regroupement familial, et cela n’offre pas non plus de dispositions d’immigration substantielles à long terme pour ceux qui viendront finalement dans le pays.

Cette approche de l’asile comporte des conséquences imprévues qui sont incertaines et risquées.

Le président Biden a dévoilé ce qu’il a présenté comme une manière sûre et légale pour les Cubains, les Haïtiens et les Nicaraguayens éligibles ayant des soutiens aux États-Unis de résider temporairement et de travailler aux États-Unis. Cependant, cette politique ne propose pas de voie claire vers un statut permanent pour ceux qui souhaitent venir. Après tout, l’asile existe pour aider les plus vulnérables, pas pour générer des profits financiers ou appauvrir ceux qui sont déjà en précarité économique. « Cette politique montre un manque de compréhension de la nature de l’asile », a écrit Alice Driver dans CNN Opinion. « Les personnes arrivant à notre frontière fuient souvent des menaces imminentes pour leur vie », a ajouté Melissa Crow de la Faculté de droit de l’Université de Californie Hastings dans le Miami Herald.

Beaucoup de personnes fuyant ces pays auront probablement besoin de moyens financiers importants pour traiter leur demande d’asile, et les membres de la famille bénéficiant du TPS peuvent ne pas avoir les incitations financières pour soutenir leur déménagement. « Ce bénéfice limité exclura des milliers de migrants fuyant la violence et la persécution qui n’ont pas la capacité ou les moyens économiques de se qualifier pour le nouveau processus de parole », ont écrit quatre sénateurs démocrates américains dans un communiqué de presse commun suite à l’annonce de Biden.

Cette politique ne propose pas de voie claire vers un statut permanent pour ceux qui souhaitent venir.

Aujourd’hui, il y a plus de 400 000 migrants, dont 56 453 Haïtiens, bénéficiant du TPS aux États-Unis, qui contribuent déjà pour plus de 14 milliards de dollars chaque année à l’économie de leur pays. Mais les titulaires de TPS restent l’un des groupes les plus vulnérables en Amérique, car beaucoup occupent des emplois à faible revenu tels que les restaurants, les épiceries, les transports, la livraison et l’entreposage. L’idée que des personnes occupant de tels emplois à faible revenu pourraient facilement prouver qu’elles peuvent soutenir financièrement la migration de leurs proches aux États-Unis tout en payant le logement et d’autres factures nécessaires est irréaliste.

Avec cette nouvelle politique, l’administration Biden confond simplement son approche de l’immigration déjà problématique avec un programme sélectif qui ne permet à certaines personnes de migrer dans le pays sans offrir de chemin clair vers le succès socio-économique en Amérique. Comme l’a dit le sénateur Bob Menendez (D-N.J.), « l’Administration contourne la loi sur l’immigration, ce qui va aggraver le chaos et la confusion à la frontière sud. La décision de poursuivre une interdiction de transit « illégale » « efface les mots et les valeurs gravés sur la Statue de la Liberté ».

L’idée […] est irréaliste.

Il est faux de permettre une entrée sélective à certains demandeurs d’asile aux frontières tout en refusant l’entrée à d’autres en fonction de leur origine. « Biden choisit qui mérite le tapis de bienvenue, au lieu de mettre en place un système permettant à tout le monde de demander l’asile, d’examiner chaque cas et de décider de ses mérites », a écrit Elvia Díaz d’AZ Central.

Les États-Unis continuent leurs politiques d’immigration discriminatoires qui refusent l’asile aux migrants BIPOC. Et cela va à l’encontre de la loi fédérale. « La loi américaine permet aux gens de demander l’asile, quel que soit leur pays d’origine ou leur mode d’entrée », a déclaré Savitri Arvey, conseillère principale en politiques pour la Women’s Refugee Commission à Yahoo News.

Cette politique est une autre approche médiocre qui place les migrants et leurs familles dans un cycle d’immigration sans fin en leur donnant de fausses espoirs. « Le nouveau programme de liberté conditionnelle humanitaire de Biden semble avoir été conçu comme une stratégie de carotte et de bâton », a déclaré David A. Carroll II de l’Institut des services aux familles immigrantes.

Lire aussi : TPS : l’attente interminable pour les demandeurs haïtiens

En élisant un président démocrate ou républicain en 2024, il n’y a aucune garantie que les bénéficiaires du TPS obtiendront bientôt un chemin clair vers un statut permanent. Ce qui est certain, c’est que l’Amérique ne peut pas continuer à accueillir des migrants sans statut permanent en guise de geste de bonne volonté envers le monde. Cela n’est guère une politique d’immigration complète, positive ou progressiste. Pour résoudre la crise de l’immigration, les États-Unis doivent créer un chemin vers un statut permanent pour les bénéficiaires du TPS avant d’inviter les migrants à faire venir des proches dans le pays. Les raccourcis politiques ne feront qu’ajouter une complexité croissante à la crise de l’immigration à laquelle les migrants BIPOC sont confrontés depuis des décennies dans ce pays.

Par William Pierre-Louis, Jr.

© Photo de couverture : CMS


Gardez contact avec AyiboPost via :

▶ Son canal Telegram : cliquez ici

▶ Son groupe WhatsApp : cliquez ici

William Pierre-Louis, Jr. is a political and financial opinion writer, focusing on social and financial issues, and political matters.

Comments

Comments are closed.