POLITIQUE

Obama: homme de cœur mais surtout homme politique!

0

Faire d’une pierre deux coups n’a jamais fait autant de sens que avant-hier soir. Barack Obama qui paressait fatigué et fade pendant les élections de novembre avait bonne mine avant-hier soir. Son visage avait cette fraîcheur qui nous a replongés, pendant les 15 à 20 minutes de son discours, dans le rêve de 2008. Sa voix inspirait confiance et ses moindres gestes rassuraient. En plus de convaincre l’opinion publique, il a touché le cœur des américains. « Est-ce que vous voulez être un peuple qui refuse aux gens qui travaillent rudement de vivre dans la dignité ? ». Il a mis le peuple américain face à son destin tout en lui soufflant à l’oreille que cette nation est et continuera d’être une nation d’immigrants : « Nous sommes et continuerons d’être un peuple d’immigrants. Nous étions tous des étrangers un jour ». Un discours digne du jeune candidat de Chicago qui avait gagné le cœur du monde. Il ne manquait à la fin du discours que les « Yes we can, yes we can… ».

Que veut dire tout cela pour les immigrants illégaux aux États-Unis?

Environ 5 millions d’immigrants aux États-Unis sont directement concernés par cette décision du président américain. Tout immigrant illégal, sans passé judiciaire et ayant vécu plus de 5 ans sur le territoire américain sera protégé du risque d’être déporté. Cette promesse faite lors des élections de 2012 aux populations grandissantes d’immigrants originaires de l’Amérique latine tardait un peu trop à se concrétiser. L’administration Obama avait d’abord fait une proposition de loi qui n’avait pas su convaincre la Chambre basse, majoritairement républicaine, ce qui a instantanément tué le projet de loi. Les propositions d’ajustement des députés républicains sur le projet de loi l’aurait effectivement rendu complètement obsolète. Avant-hier Barack Obama a annoncé qu’il ferait appliquer cette loi par décret présidentiel. Ce décret tant attendu par les populations d’immigrants originaires d’Amérique latine profitera aussi à la diaspora Haïtienne. En dehors de l’élimination du risque de déportation pour ces millions de sans-papiers, l’aspect le plus important de ce projet de loi est l’accès au travail de manière légale. Une promesse qui aura atterri, comme on  dit chez nous.

Un coup politique calculé au millimètre près !

Avant les élections du mi-mandat en novembre, Obama aurait bien pu soumettre une autre proposition de révision de la loi sur l’immigration à la Chambre des députés, la mettant ainsi dos au mur. Les députés républicains auraient très probablement répliqué en faisant une contre-proposition de loi fortement altérée pour ensuite accuser les démocrates et l’Exécutif de ne pas vouloir faire de compromis. Mais, cette situation avait le potentiel d’aggraver l’atmosphère pré-électorale qui s’annonçait déjà très sombre pour les démocrates. Comme de fait, ces derniers ont perdu leur majorité au Sénat lors de ces élections. Avec les deux Chambres contrôlées par l’opposition, Obama sait qu’il aura très peu de marge de manœuvre pour négocier l’adoption d’une loi qui sera perçue comme acceptable par la communauté latine.

Donc pourquoi Obama a-t-il fait passer cette loi par décret présidentiel ? D’abord parce l’adoption de ce projet loi lui permettra d’obtenir exactement ce qu’il veut et ensuite parce qu’elle mettra par la même occasion les républicains entre le marteau et l’enclume. Il devient de plus en plus difficile de gagner des élections générales aux États-Unis sans le vote latino. Rappelons que la population latine représente présentement 19% de l’électorat américain et qu’Obama l’a gagnée à 70% lors des dernières présidentielles. Les républicains devront réfléchir deux fois avant de s’opposer radicalement à la décision d’Obama parce qu’une telle prise de position face aux populations grandissantes de latinos pourrait être un suicide politique pour des générations de républicains à venir. Notons également que cette décision engendrera très probablement une participation record des populations latines et asiatiques aux prochaines élections puisque que le prochain président aura la capacité d’annuler cette loi qu’Obama vient de signer. Malgré cette défaite historique des démocrates au tout début de ce mois, Obama a su offrir à son Parti, sur un plateau d’argent, le vote des latinos aux prochaines élections.

Avant d’être un homme de bon cœur qui compatit à la cause des immigrants, Obama est un politicien. Il a merveilleusement bien calculé son coup. Les grandes compagnies tech. de Sillicon Valley qui avaient désespérément besoin de cette loi pour rafler les meilleurs talents chinois et indiens vont surement apporter leur soutien au prochain combat du président sur la « neutralité du net ». Obama, lui, a la loi qu’il voulait, il met les républicains dans une position plus qu’inconfortable, il gagne le cœur des populations latines et asiatiques et il renforce sa relation avec Silicon Valley. Effacez donc la première phrase de ce texte, parce que hier en officialisant cette loi par décret, Barack Obama a fait d’une pierre cinq coups !

Commentaires

Jétry Dumont
Directeur Général | Co-fondateur | J'aime me considérer rationnel et mesuré avec une vision semi-ouverte du monde. J'ai un baccalauréat en finance. Je m'intéresse au Barça, à la politique, à l'entrepreneuriat et à la philosophie.

Ayiti, w’ap delivre kan menm !

Article Precedent

Comments

Comments are closed.