EN UNEPOLITIQUESOCIÉTÉ

L’incroyable histoire du premier Haïtien à être conseiller municipal à Brockton

0

Il est né sous une bonne étoile, pourrait croire plus d’un. Pourtant, en essayant de le connaitre un peu plus, promptement on se rendra compte que Jean Bradley Derenoncourt est de ceux qui ont vaillamment lutté pour se tailler une place au sommet. S’il est né à Port-au-Prince  le 24 mai 1990 à l’hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti, c’est l’île de la Gonâve qui l’a plutôt vu grandir, plus précisément l’Anse-à-galet. Il n’avait que quatre ans quand il a perdu sa mère. Ainsi, Jean Bradley a dû grandir avec sa tante maternelle, vu que son père, lui, a migré aux Etats-Unis à la fin de l’année 1989. Sa tante non plus n’a pas eu la chance d’être témoin de ses plus grands succès, étant morte en 2002.

C’est à la Gonâve qu’il a fait ses toutes premières études scolaires, jusqu’à ce qu’il rentre définitivement à Port-au-Prince à dix-sept ans. Le 12 janvier 2010, survient le tremblement de terre. Voilà Jean Bradley dans ses moments les plus sombres. «  Après la perte d’un ami suite à ce séisme, je pensais que tout était terminé », avoue-t-il. C’est d’ailleurs ce qui lui a permis de réaliser l’ampleur du cataclysme. Comme tous les survivants de ce désastre, Jean Bradley a connu tant les nuits sous des tentes que celles à la belle étoile. Sans se laisser décourager, il continue à se battre en quête d’ un mieux-être.

Une nouvelle étape franchie

Arrivé aux États-Unis en décembre 2010, Jean Bradley Derenoncourt a tout fait pour s’adapter rapidement au système. Son père  l’a fait venir aux  Etats-Unis  afin de poursuivre ses études. Dès son arrivée à l’aéroport, il a dû trouver seul le chemin de la maison, car personne n’était venu le chercher. Toutefois, l’homme qu’il est devenu aujourd’hui ne s’est pas construit d’un clin d’œil. Son premier travail aux États-Unis consistait à nettoyer des tables dans un restaurant grec. Mais tout en gardant ses rêves dans l’âme et ses objectifs en tête, il a suivi parallèlement des cours d’anglais dans un programme ESL à la bibliothèque publique de Brockton. Il a obtenu très tôt son diplôme d’évaluation en éducation générale (GED) au Training Resources of America (TRA), une organisation éducative privée à but non-lucratif. Ce diplôme lui a donc permis par la suite d’effectuer des études universitaires.

Son intégration dans la société étasunienne n’a pas été facile. A part les barrières linguistiques, il a dû faire face à un grand choc culturel. «  La culture américaine est différente de celle d’Haïti, chacun s’occupe de son affaire. J’étais alors très stressé et anxieux », confie Jean Bradley. Voulant inevitablement concrétiser ses projets, Jean Bradley a fait fi  du racisme et des discriminations. « Heureusement, que je reste toujours optimiste dans tout ce que j’entreprends. Donc, je n’avais pas à penser aux discriminations, ce qui ne signifie pas qu’il n’y en avait pas », ajoute-t-il. C’est ainsi que Jean Bradley a fait son entrée au Massasoit Community College. Sans perdre de temps, il a bénéficié d’une bourse au programme Commonwealth Honours. Il a également été président du Massasoit International Touch Club, un club qui  aide les étudiants étrangers à évoluer dans la culture étasunienne. Son talent et sa renommée allait par la suite faciliter son élection comme député, ensuite sénateur, puis comme administrateur principal au niveau de l’Université. Ces différentes étapes n’ont pas été franchies sans défis. « Certains étudiants de la communauté haïtienne de l’Université disaient que je venais juste d’arriver et que je ne pouvais pas être élu », affirme-t-il.

Jean Bradley Derenoncourt a étudié les sciences politiques, la diplomatie internationale, le droit pénal et le maintien de l’ordre public (Law enforcement). En 2015, il a reçu le prix Green Key Award pour ses engagements civiques et son service humanitaire à la fois dans l’Universite et dans toute la communauté. En 2016, il est gradué avec mention honorable à Suffolk University. Entre temps, Jean Bradley Derenoncourt a fourni ses services à la ville Brockton et au Commonwealth. Il a en outre travaillé comme stagiaire pour l’ancien mairesse de Brockton Linda Balzotti et au bureau de l’ancien gouverneur Deval Patrick. Jean Bradley Derenoncourt a également fait partie de l’équipe du sénateur d’état Michael D. Brady comme  directeur du constituent services. Il a joué un rôle significatif dans la campagne des travailleurs du Massachussetts pour obtenir des congés de maladie.

Premier haïtien élu au Commonwealth du Massachussetts

Devenu américain en 2016, exactement un an après, il pose sa candidature pour le poste de conseiller municipal de la ville de Brockton. « On croyait que j’étais fou. Même certaines personnes de ma communauté étaient un peu hostiles à ma candidature. Mais je me suis rendu aux élections, », explique Jean Bradley Derenoncourt. Aujourd’hui, ayant gagné les élections, il est devenu à 28 ans le premier Haïtien à être élu au Commonwealth du Massachussetts. En tant que conseiller municipal (City Council at-large) de la ville de Brockton, Jean Bradley a pour rôle de faire de légiférer pour la ville de Brockton, amender les lois, voter le budget de la ville. En outre, il est membre du pouvoir législatif.

Aujourd’hui, la communauté haïtienne pourra à coup sûr compter sur Jean Bradley Derenoncourt. « Je travaillerai pour la communauté haïtienne avec honneur, respect et discipline », promet le législateur. Sa dernière visite en Haïti remonte au 3 Aout 2018. « J’ai été invité à la fois par des membres de secteur privé et du secteur public. On essayait de voir dans quelle mesure on pourrait jumeler Anse-à-Galets et la Gonâve », informe Jean Bradley. Si le jeune conseiller municipal de Brockton s’occupe surtout de sa ville, il avoue toutefois être en contact avec certains leaders politiques en Haïti. «  Je suis en contact avec ceux qui accordent leur attention à la jeunesse du pays », précise-t-il.

Observant la situation socio-politique actuelle du pays, Jean Bradley croit que seul un rassemblement pour un travail collectif peut améliorer la situation du pays. Il serait une bonne chose, le fait pour les dirigeants du pays de donner une chance aux jeunes qui veulent appliquer leurs connaissances et leur vision du pays », déclare-t-il. Si le parcours de Jean Bradley Derenoncourt ressemble à un grand rêve, le législateur croit toutefois qu’il n’a pas encore réalisé le rêve américain. «  A 28 ans, et  seulement sept années depuis que j’habite aux États-Unis, il ne serait nullement sage de déclarer que j’ai réalisé le rêve américain. Attendons voir ce que la vie me réserve », affirme-t-il dans un élan de sincérité. A tous les jeunes qui voudraient réussir leur projet de vie, Jean Bradley conseille d’être en harmonie avec eux-memes  et de ne jamais se décourager.  « Que les jeunes soient attentifs à tous ceux qui parlent afin de tirer des conclusions. Lisez, aimez vos parents et l’être humain en général », tels sont les conseils du jeune espoir haïtien.

Patrick Erwin Michel

1 – Dans le langage courant, Commonwealth et Etat sont des termes interchangeables. Le Commonwealth est le nom officiel de quatre des cinquante Etats des Etats-Unis, dont le Massachussetts.

Commentaires

Patrick Michel
Patrick Erwin Michel a étudié les Sciences Juridiques à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques (FDSE) de l’Université d’Etat d’Haïti. Il finalise actuellement son mémoire de sortie sur la pauvreté et les Droits humains. Il a également étudié l’art dramatique à l’Ecole Nationale des Arts (ENARTS), ainsi que le journalisme à l’ISNAC. Son champ d’intérêt inclue le Droit, la littérature, la sociologie et les arts.

    INTERVIEW: Les duvaliéristes se mobilisent pour le pouvoir

    Article Precedent

    Et si on parlait du tabou autour de la menstruation ?

    Article Suivant

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost