POLITIQUESOCIÉTÉ

Hymne à l’ethos haïtien

0

TOUT SAUF BICOLORE

Abusés, humiliés, marginalisés, nous étions considérés comme des inhumains, recevant plus souvent le fouet en lieu et place d’une maigre nourriture. Emportés par une soif de liberté, nous avons lutté et mérité notre indépendance, qui a aboli  l’enfer de “L’ESCLAVAGE “. Les traumatismes qu’ont subis les noirs que nous sommes, ont été tellement énormes que nous arrivons à croire que pour tout oublier il faudrait ne plus être noir. D’où  ce phénomène qui se développe en vitesse au sein de notre milieu social appelé dans notre créole “DOUKO”. Il s’agit de  vouloir adopter une couleur qui ne nous appartiendra jamais. N’est-ce pas les séquelles de ces mauvais traitements qui font naitre  en nous ce refus d’être authentique?  Ce manque de fierté et ce déni de notre identité, avons-nous déjà pris le temps d’y penser profondément? Cet héritage des colons ne nous engourdi t-il pas? Sommes-nous vraiment libres et indépendants? C’est un point qui suscite de nombreuses interrogations…Ce sentiment d’infériorité  a pris racine en nous et il est devenu  difficile à supprimer. Nous sommes traumatisés au point d’oublier que “se nèg nou ye”. C’est grave!  Et nous accordons très peu d’importance à cette situation tendue qui pâlit notre essence divine,  et ce que nous sommes de par notre nature.

Une absurde question de couleur emporte à présent des conséquences néfastes sur notre peuple. Tous ces mauvais traitements infligés à nos peaux  sont pris à la légère, au point de nous ridiculiser avec des slogans comme « pozew grimèl mwen gen foto w lèw te black », « fo grimèl », « grimèl famasi » . Cette situation est à la fois triste et tragique : c’est une servitude morale, l’esclavage dans une autre dimension. Nous avons toujours été victimes de ségrégation. Dès le début, on nous a toujours fait croire que nous sommes de vulgaires éléments, des objets. C’est pour cela que nous nous sentons souvent petits et plats par rapport aux autres. Tellement dominés, nous  sommes prêts à  mettre  en péril notre santé… Dépossédés de notre conscience humaine, nous nous laissons guider par nos faiblesses .Où est passé cette fierté si féroce qui nous a permis de mener ces révoltes? Cette vision et cette détermination? Comment perdre notre temps  à effectuer ces mélanges de composés divers pour mieux nous assimiler aux occidentaux ? Qu’en est- il de notre orgueil? Est-ce une entrave d’être NOIR? En quoi notre race nuit-elle à notre progression?

La couleur de notre peau n’est guère un obstacle  à notre développement. C’est de notre obstination positive et de notre honnêteté  que le pays souffre. Nous sommes une race magique et solide, pourquoi ne pas mettre à la porte ces pensées qui nous emprisonnent. C’est ridicule de vouloir ressembler à quelqu’un qui n’est guère supérieur. Comment opter pour le changement si nous sommes faux dans tous ce que nous faisons? Comment aller de l’avant si nous ne nous acceptons pas ? Comment croire en un demain meilleur si nous n’avons pas confiance en nous? Comment être solidaires si nos préjugés nous enterrent? Comment commémorer le jour de l’indépendance, la fête du drapeau si au fond de nous, tout est ennemi du vrai. ”En peuple riche mais anéanti,  nous possédons tous ce que les autres ne possèdent pas.”

La meilleure façon de contribuer au développement de notre terre c’est en nous acceptant tel que nous sommes, des “TET GRENN”, des “KREYOL” parce qu’il n’existe qu’une seule race : c’est la race humaine. Se faire du mal en étant esclave de notre paraître et ne plus se soucier de notre être fera de nous des asservis toute notre vie. Ensemble nous pouvons rendre prodigieuse nos prouesses, mulâtres ou nègres, nous sommes tous haïtiens et égaux. C’est d’un esprit de fraternité dont nous avons besoin, d’un respect mutuel et d’une idéologie rationnelle. Le développement ne se résume pas à notre couleur, nous avons besoin d’une mentalité neuve et ouverte. Libérons-nous de nos préjugés le front haut, l’âme fière pour retracer les pas de nos AIEUX. Cette maladie contagieuse,  existera aussi longtemps que le monde  continuera d’exister. A nous de ressusciter la détermination de nos HEROS et de briser les barrières qui existent au niveau de notre pensée. Ce virus qui envahit notre population doit être chassé par un moment de réflexion  afin de se protéger contre cette épidémie.

Nous sommes BEAUX et EXTRAORDINAIRES de par notre nature et bourrés de potentiels. C’est notre originalité qui valorise notre beauté. Arrêtons enfin de nous attirer des doutes sur notre physionomie dénaturée  par ces actions irréfléchies. Bannissons ce sentiment d’infériorité, et crions sur tous les toits, proclamons LA NOUVELLE  HAITI  que nous espérons tous.

Lubin Isis Kishar

Photo crédit: Ezer Antoine photography sur anjsajla.skyrock.com

Commentaires

Et si le bicolore devenait tricolore?

Article Precedent

L’économie ne pardonne pas : la menace est à nos portes !

Article Suivant

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost