EN UNEPOLITIQUESOCIÉTÉ

Haïti fait encore partie des pays les plus corrompus au monde

0

Transparency International a publié ce 21 février 2018 son dernier indice de perception de la corruption. Ce document publié chaque année établit un classement des pays en fonction de leur niveau de corruption. Haïti figure une fois de plus en bas du classement.

 

Cette année Haïti occupe la 157e place du classement de Transparency International sur 180 pays. Avec un score de 22 points, Haïti a pris deux points par rapport au classement de 2016. Le Venezuela (169e position) est le seul pays du continent américain à se positionner plus bas qu’Haïti dans la liste. La République Dominicaine se situe au 135e rang avec 29 points. Dans le classement, vingt-deux (22) pays séparent Haïti de la République Dominicaine qui affiche un score égal au Mexique, à la Russie et au Paraguay.

La Bolivie, pays très pauvre de l’Amérique Latine, se positionne au 112e rang avec un score de 33 points. Ainsi, 44 pays séparent la Bolivie de Haïti. D’autres pays de la région affichent un score de loin plus intéressant qu’Haïti. Le Chili qui accueille aujourd’hui de nombreux refugiés économiques Haïtiens se place au 26e rang. Cuba figure au 62e rang et la Jamaïque au 68e rang.

Parmi les pays africains, il est intéressant de noter la place du Botswana, qui occupe le 34e rang. Le Rwanda figure à la 48e position.

Les pays qui dominent la tête du classement sont la Nouvelle Zélande, le Danemark, la Finlande, le Norvège et la Suisse. La France est à la 23e place et les Etats-Unis au 16e.

Un regard sur la corruption en Haïti

L’indice de perception de la corruption jette une lumière sur la situation de la corruption en Haïti. Il a été publié quelques semaines après que le Sénat de la République se soit déchargée du rapport sur la gestion des fonds PetroCaribe. Ce rapport de la commission éthique et anti-corruption du Sénat souligne des cas de mauvaise gestion impliquant des proches du pouvoir actuel. Il est renvoyé à la Cour supérieure des Comptes suite à une résolution prise par 17 sénateurs proches du pouvoir en l’absence de ceux de l’opposition.

La Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif, organe chargé de contrôler la régularité des dépenses de l’administration publique, peine à remplir convenablement sa mission constitutionnelle. Depuis son existence, elle n’a émis qu’environ 25 arrêts de débets. Son plus grand record a été battu en 2015 lorsque 16 arrêts de débets ont été émis. Aucune poursuite judiciaire n’a été pourtant engagée.

Selon le juge Fritz Robert Saint Paul, la Cour supérieure des Comptes est en proie aux manipulations des hommes politiques et fonctionne avec des moyens très limités. En 2015, une ancienne présidente de la Cour supérieure des Comptes, Noni Matthieu, a été impliquée dans un scandale de détournement de 37 millions de gourdes. A ce jour, la Justice est restée muette sur le dossier.

Le président Jovenel Moïse, inculpé dans un dossier de blanchiment des avoirs, a déclaré être la seule personne en Haïti capable de combattre la corruption.

Commentaires

Ralph thomassaint Joseph
Directeur de la Publication à AyiboPost, passionné de documentaire.

    Quatre éléments de débat autour de l’ouvrage d’Etzer Emile

    Article Precedent

    Et si l’action de nos gouvernements était le pur reflet de nos revendications ?

    Article Suivant

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost