CULTUREDISCOVERING HAITI

Expo 2015: Haïti partage ses saveurs et son expertise

0

20 millions de visiteurs  attendus, 143 pays représentés à l’exposition  universelle de Milan. Du 1er mai au 31 octobre, Haïti partage avec le monde son expertise dans  la culture des tubercules et des céréales. Cette année, l’évènement est organisé autour d’un défi fondamental pour les sociétés modernes: Comment aujourd’hui et demain mieux nourrir l’Homme.  

L’alimentation est aujourd’hui l’une des choses au monde les plus injustement partagées. Comment expliquer qu’une partie de la population mondiale souffre la faim tandis qu’une autre partie de cette même population meurt à cause d’une alimentation incorrecte ou d’une consommation excessive de nourriture ? Ce triste paradoxe est au cœur des activités et des réflexions à l’Expo Milano 2015, inauguré le 1ermai dernier.

Pendant 184 jours, les visiteurs de la cité Lombarde auront l’occasion de faire le tour des savoirs sur l’alimentation, le développement durable et la biodiversité. L’exposition universelle qui célèbre, depuis 1851,  la coopération entre les peuples réunit cette année 143 pays. Et chacun y a apporté sa contribution pour alimenter le débat à cette grande communion des sciences et des arts.

«  De la terre à l’assiette, partageons et enrichissons l’héritage », c’est le thème de participation d’Haïti. Le pays occupe avec la Bolivie, le Mozambique, le Togo, le Congo, le Venezuela et le Zimbabwe, le Cluster des Céréales et des Tubercules. Il s’agit d’un des neuf pavillons collectifs destinés au pays en voie en développement seuls 53 pays détiennent un pavillon national. Les huit autres clusters sont consacrés aux aliments suivants : le cacao, le café, le désert (les nourritures propres aux déserts), les îles, la bio-Méditerranée, les épices, le riz, les fruits et les céréales. Selon la commissaire générale d’Haïti Gladys Mexil Guiteau, la participation d’Haïti porte un double intérêt.

« Il s’agit, d’une part, de mettre en valeur l’héritage historique des natifs américains lié à la culture des céréales et des tubercules qui représentent la richesse de l’alimentation et des pratiques nutritionnelles des plus de 10 millions de personnes qui vivent aujourd’hui dans ce pays des Caraïbes; d’autre part de partager cet héritage avec ceux qui visitent l’Exposition Universelle et qui, à leur tour, sont des passeurs de savoir ».

Au cours de l’événement, un parcours historique d’Haïti sera proposé à travers les différentes formes d’alimentation à base de céréales et tubercules allant de la période amérindienne à l’époque contemporaine, en passant  par les étapes coloniales et postcoloniales. Mais cette promotion du patrimoine national ne se confinera pas au seul volet historique.

Un éventail d’activités artistiques et de démonstrations scientifiques est aussi prévu. A côté des expositions d’art plastique, des ateliers de création et des spectacles et projections de films et documentaires prévus, des conférences scientifiques seront données sur de nouveaux produits en expérimentation en Haïti (Le MORINGA). Ces innovations pourraient aider à l’éradication de la faim et de la malnutrition dont les résultats apporteront une réponse aux attentes des Organisateurs d’EXPO.

Au terme de l’exposition universelle, le 31 octobre, une «charte de Milan», relative au développement durable, sera rendue publique, implorant le monde de se mobiliser pour sauver la planète et pour mettre fin aux famines. Dans cette perspective,  beaucoup de chemins restent à parcourir.

Au cours de ces dernières années, quelques 870 millions de personnes sont sous-alimentées alors qu’environ 2,8 millions de décès sont liés à l’obésité ou à une surcharge pondérale. De plus, chaque année, environ 1,3 milliards de tonnes d’aliments sont gaspillés. Les chiffres d’Haïti ne sont pas moins alarmants. Et son système alimentaire regorge aussi de contradictions.

« Nous devons mondialiser la solidarité”, conseillait le Pape François 1er lors de la cérémonie d’ouverture. A ce titre, l’expo Milano 2015 peut bien être une occasion de plus pour Haïti d’explorer de nouvelles connaissances en matière agricole et environnementale.

D’ailleurs si l’expertise d’Haïti peut contribuer à résoudre les problèmes alimentaires du globe, elle peut sans doute faire pareil pour les enjeux locaux.

 

Image: facebook.com/haiti-expo-milano2015

 

 

 

 

Commentaires

Carl-Henry Cadet

La malediction de l’avortement

Previous article

Bwad Chènn and its environmental problems

Next article

Comments

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost