ART & LITERATURECULTUREEN UNE

Un étudiant de l’ENARTS crée une collection de prêt-à-porter qui cartonne

0

Ayida est une marque de prêt-à-porter créée par  Mackenley Darius. L’entreprise propose des collections imprégnées de la culture haïtienne et africaine.

Ayida Collection est à la fois une collection de mode et une entreprise de design. Elle a été créée en août 2017 par Mackenley Darius, étudiant de l’École nationale des Arts, avec des amis peintres et dessinateurs. Le but était de répondre à une crise identitaire constatée au sein des différentes couches de la société haïtienne. Une ligne de vêtements, de casquettes et de chaussures de mode parés de vèvè compose cette collection qui s’inspire des symboles indiens (taïnos), africains, haïtiens et d’autres symboles ethniques.

« Plus qu’une collection, Ayida se veut un style, un mode de vie et une aventure » souligne Mackenley. Elle veut donner une visibilité aux artistes qui collaborent au projet » avance-t-il. Dans le cadre de sa promotion, elle développe un rapport étroit avec la technologie. Selon le fondateur d’Ayida collection, les réseaux sociaux sont le moyen privilégié pour faire connaitre leurs activités.

Pourquoi Ayida ?

Ayida Collection c’est aussi une manière de promouvoir la culture du pays, notamment le vaudou. Ayida, pour Ayida Wèdo, est le nom de cette déesse du vaudou de la fertilité et de la création, représentée par une couleuvre. « La Collection porte ce nom pour prouver sa grande productivité et l’esprit créatif de ses artistes », souligne Mackenley Darius, champion du concours de peinture organisé en 2016 par le ministère du Tourisme et l’Alliance française en Haïti.

 

« Revaloriser le Vaudou est un processus pertinent, quand on sait quel regard la majorité du peuple porte sur ce « mouvement ». « Il s’agit d’un objectif estimable, car le Vaudou représente l’essence du peuple haïtien. Ne serait-ce que dans une perspective historique », affirme l’artiste.

 

Activités réalisées

Une partie des œuvres de Ayida Collection a été exposée à «Nuit Blanche », un évènement artistique ouvert à plus de soixante-dix villes dans le monde. Elle a aussi participé à Shop and Ship, à Pétion-Ville Fashion Week et à Kingdom Fashion Show, des défilés de mode très prisés dans la capitale. La collection a apporté sa touche esthétique dans la réalisation de « Ba li gaz », vidéo d’une meringue carnavalesque du chanteur Kébert Bastien. Ayida Collection a collaboré à la réalisation du premier album studio de la rappeuse Niska. Elle a aussi confectionné des vêtements pour certains artistes et personnalités publiques, tels que Erold Josué, Nathania Périclès, Giscard Bouchotte, Gaëlle Bien-Aimé.

L’artiste peintre Nathania Périclès, t-shirt et casquette griffés Ayida Collection

Des projets très ambitieux

Révolutionner la mode en Haïti, telle est l’ambition de la « Collection Ayida ». La jeune entreprise de design souhaite atteindre toutes les couches sociales avec ses collections. D’où la Fashion Street, une grande exposition au beau milieu de la rue. Aucune date précise n’est retenue pour cet évènement que Mackenley annonce toutefois grandiose.

Mackenley Darius croit qu’il faut s’intéresser à Ayida parce qu’elle promeut non seulement la culture haïtienne, mais aussi de jeunes talents qui ne sont pas toujours encadrés par les décideurs du pays. « L’art et la mode sont le meilleur moyen pour prouver qu’Haïti ne correspond pas toujours à l’image dévaluée qu’on se fait d’elle », soutient l’artiste.

Commentaires

Patrick Michel
Patrick Erwin Michel a étudié les Sciences Juridiques à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques (FDSE) de l’Université d’Etat d’Haïti. Il finalise actuellement son mémoire de sortie sur la pauvreté et les Droits humains. Il a également étudié l’art dramatique à l’Ecole Nationale des Arts (ENARTS), ainsi que le journalisme à l’ISNAC. Son champ d’intérêt inclue le Droit, la littérature, la sociologie et les arts.

    Diphtérie en Haïti: la menace est rélle !

    Previous article

    Douko: Résultat de la passion haïtienne pour la peau claire

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost