POLITIQUE

Ces députés « silencieux » qui ont fait zéro proposition au parlement

0

Hier lundi 13 janvier 2020 sonnait la caducité du parlement. Après quatre ans en fonction, certains députés taciturnes n’ont présenté aucune proposition de loi ni participé aux débats. Qui sont-ils ?

Comme leurs collègues, ces députés ont eu tous les privilèges, toutes les opportunités et tout le temps pour s’affirmer dans la fonction de député du peuple.

Pourtant, certains des 119 députés formant la 50e législature ont raté le train. Pendant les quatre ans passés au Parlement, ils n’ont jamais, ni gravi la tribune pour faire une intervention dans le cadre d’un débat [si ce n’est lors de la présentation de politiques générales d’un Premier ministre, offrant l’occasion de formuler des demandes au nom de sa circonscription], ni proposé un texte de loi.

Dans le cadre de ce travail, les noms de ces députés sont présentés suivant l’ordre alphabétique de la liste des noms des 117 députés détenue par les secrétaires sténographes qui effectuent les appels nominaux au début de chaque séance. Pour les propositions de loi, Ayibopost a révélé des documents internes prouvant que ces parlementaires n’ont proposé aucun texte. Et pour ce qui est des prises de paroles, la carence d’interventions de ces élus à la tribune de la Chambre est prouvée par les procès-verbaux des séances et confirmée par des employés du parlement, travaillant dans la réalisation des séances.

Lire aussi: Les députés n’ont voté que 14 des textes de loi émanant de la chambre basse en 4 ans

L’ensemble des députés cités ci-après ont été contactés par Ayibopost. Certains ont refusé de commenter et d’autres ont promis de rappeler.

Selon l’ordre alphabétique du cahier d’appel des secrétaires sténographes de la Chambre basse, on peut retenir le nom d’Alcide Audné. Député de Plaisance du Nord, cet enseignant, élu sous la bannière de VERITE, n’a pas proposé de texte de loi et n’a pas non plus intervenu à aucun débat au cours des quatre ans.

Alexandre Germain Fils est député de Petit-Goâve et c’est tout ce qu’on peut retenir de lui. Élu sous la bannière de VERITE, le patron de la borlette Chez Germain dans la cité Soulouquoise qui se présente comme comptable et entrepreneur, n’a rien proposé comme texte de loi ni gravi la tribune de la Chambre basse pour faire avancer un débat.

Appolon Enel aussi se trouve sur cette liste des députés taciturnes. Aucune proposition de loi ni aucune intervention à la tribune dans le cadre d’un débat n’est connue au juriste de Thomonde, élu sous la bannière de la Plateforme « Pitit Desalin ».

Augustin Bertin non plus de la circonscription Camp Perin/Maniche sous la bannière de VERITE n’a pas pu se défaire de sa réserve. Pourtant, il est théologien et entrepreneur.

Belizaire Jean Philippe est diplomate. C’est presque tout ce qu’on saura de lui ou de ses idées sur la société.

Les autres députés sur la liste des silencieux sont :

Borgella Jean Wilfrid de la circonscription de Saint-Raphael. Il se présente comme éducateur. Sony Cabé de la circonscription de Bainet est ingénieur en mécanique et élu sous la bannière du KID. Charles Hervé, député de la circonscription Torbeck/Chantal et comptable. Charles Jean Galvy député de la circonscription Chardonniere/Les Anglais. Il est un arpenteur qui épuise son deuxième mandat.

Mais aussi Charles Rodney comptable et entrepreneur élu sous la bannière de « Platfòm Pitit Desalin » pour l’Acul du Nord du haut. L’économiste Dorismond Beonard (VERITE) de la circonscription des Coteaux. Dorsainvil Donal, député de Trou du nord et ingénieur civil qui s’est fait élire sous la bannière de la plateforme VERITE.

Fanfan Philome Hilaire est le nom du député de Port-Magot. Au Parlement, ce nom n’est cité que dans les appels nominaux. Aucun texte de loi ni aucune intervention ne lui est attribuable. Pourtant ce député du PHTK est éducateur.

Lisez également: Les députés ont coûté une fortune pour un bilan chétif et des scandales

Florvil Elisma est juriste. Pourtant depuis qu’il s’est fait élire comme député de Ouanaminthe sous la bannière du PHTK, il a sombré dans le silence. En termes de bilan de sa mission de parlementaire, il repart bredouille.

D’autres noms grossissent cette liste de député silencieux et peu productif. Comme l’enseignant Guerrier Iverno de la circonscription de Fonds des Nègres élu député sous la bannière du MAS.

Mais également Joseph Benoit Laguerre. Grand manitou de la majorité proche du pouvoir de Jovenel Moïse, ce comptable qui compte son deuxième mandat pour la circonscription de Arniquet/Saint Jean est craint par ses paires pour ses manœuvres politiques. Cependant, malgré la force attribuée à ses manœuvres politiques, l’élu du PHTK n’a jamais pris la parole au lutrin de la Chambre.

Curolo Loiseau est le député de Dame-Marie. Contrairement au sénateur Andris Riché, originaire de cette commune, ce comptable, gestionnaire et commerçant élu de « INITE PATRIYOTIK » a tenu sa langue dans la poche.

Comptable de profession, Louis Frandy est élu député de Limbé sous la bannière de la plateforme VERITE. Tout comme ses prédécesseurs, on ne peut rien retenir de son passage à la Chambre basse ni en termes d’interventions à la tribune ni en termes de texte de loi proposé.

Mathieu Vilma non plus n’a rien fait pour sortir du lot des députés qui se contentent de lever la main pour voter. Il est notaire à Belle-Anse et a été élu sous la bannière de AAA.

Mercredi Jean Benissoit de LAPEH de la circonscription des Cayes Jacmel figure sur cette liste. Il est économiste et commissionnaire de douane.

La circonscription de Sainte Suzanne s’est fait représenter à la 50e législature par le député Parvilus Philippe. Élu sous la bannière du PHTK, cet enseignant s’est délibérément inscrit sur la liste des suiveurs qui n’ont rien à dire ni à proposer.

L’économiste et technicien chimiste Daniel Hermogène (Fusion) aussi a raté l’occasion de sortir sa langue de sa poche pendant les 4 ans de son mandat de député de la circonscription de Dondon.

Pour se faire représenter à la Chambre basse, la circonscription de Hinche avait choisi l’entrepreneur Fred Piton comme député. Il n’a pas pris la parole et rien proposé. Ce député, et comme lui, Saint Jean Gérard (VERITE) de la circonscription de Borgne n’a marqué la 50e législature que par sa présence dans l’Assemblée.

Semerzier Joel d’Anse d’Hainault a lui aussi marqué son passage par le silence même lors des débats les plus houleux sur des sujets d’intérêt public. Couturier et agriculteur, l’élu du PHTK n’avait rien eu à voir ni aux discussions dans la salle de séance ni aux lois qui doivent réguler la vie dans la société.

L’infirmier Vil Paul Hermann de Grand-Gosier n’a lui non plus fait aucune intervention à la tribune.

Commentaires

Samuel Celine
Poète dans l'âme, Journaliste par amour et Travailleur social par besoin, Samuel Celiné est journaliste à Ayibopost. Il s'intéresse aux enquêtes journalistiques.

OPINION: En Haïti, des bien-pensants veulent se faire passer pour victimes des féministes

Previous article

Citadelle Laferrière, palais Sans-Souci… balade photo au magnifique Parc national historique

Next article

Comments

Comments are closed.

#ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost