CULTURE

35 Zile, un ancien sans-abri devenu icône du Rap “underground”

0

Le rappeur 35 Zile  est l’auteur de 7 albums et traine derrière lui plus de 20 ans de carrière. Adulé par ses pairs du Rap Kreyòl, sa musique reste pourtant peu connue du grand public haïtien. Retour sur son parcours. 

Père d’une fillette de 6 ans, 35 Zile de son vrai nom Frantzy Nougaisse, est né en 1978 à Verrettes. Il a grandi dans une ambiance familiale rythmée par la musique rap, le football et les débats politiques. Sa mère – infirmière et militante politique, grand fan du célèbre chanteur populaire Manno charlemagne – et sa grand-mère vodouisante ont forgé sa conscience politique. Grâce à son oncle Steeve Samar, il a découvert le rap américain. Il s’est vite passionné de rappeurs comme Eric B and Rakim et du groupe Fresh Friends. Ces personnalités ont largement influencé sa carrière.

35 Zile, commence à rapper vers la fin des années 90 avec le groupe Warriors Clan de Carrefour Feuilles. Il a eu un passage éphémère au sein de Skapaz en compagnie de l’artiste Eud. Ce n’est qu’après cette expérience qu’un ami lui a fait l’invitation de rejoindre Majik Click. À l’époque, il habitait à Pétionville et descendait très rarement au bas de la ville. D’où sa rupture avec les « Mouchoirs rouges », totem des rappeurs de Bas peu de chose. Malgré tout, il était très proche de ses anciens coéquipiers. D’ailleurs F Ner, (l’un des membres fondateurs de Majik Click) fut le premier à financer son premier album.

« Seremoni yon saj » : le premier né

Lancé en 2003, « Seremoni yon saj» marque le début de la carrière solo de 35Zile. Trois producteurs, Dug- G, Azaria, Legza ont travaillé sur cet opus qui traite de thématiques telles la mort, la religion, l’histoire, l’identité. La sortie de cet album se fait dans un contexte où le rap haïtien essaie de se forger un nouveau visage surtout avec la montée en puissance du groupe Masters.

« Seremoni yon saj » s’inscrit dans la lignée de « Klan Zansèt nèg » de Leonel Laguerre. De l’avis de 35 Zile, ce groupe est l’initiateur de Rap-Sin qui est l’introduction du vodou dans le rap. « Nou se pitit Bayawonn. Zantray nou marye ak vodou n » chante l’artiste. Un extrait de la chanson « Lakou » qu’on retrouve sur son premier disque.

La descente aux enfers

4 ans après la sortie de son premier album, 35 Zile allait connaître l’un des pires moments de sa vie. Des problèmes familiaux arrivent en boucle. Son beau père l’accuse de voleur. Du coup, il abandonne sa maison. « J’étais un SDF. J’ai passé des nuits dans des maisons abandonnées. Pastè Pas, un collègue rappeur m’a aimablement supporté ». L’ancien rappeur de Majik Click, ne pouvait pas retenir ses larmes en nous livrant cette partie si difficile de sa vie. « Je hais ma chanson “’yon pati nan vi m”’ qui relate ce moment si douloureux de mon existence », avoue 35 Zile. Ce titre sorti en 2015 est le fruit d’une collaboration avec l’artiste Vanessa Jeudi.

De l’Islam à « Lakou loray »

En quête de repère, 35 Zile s’est converti à l’islam à l’instar de Kery James, l’un de ses rappeurs préférés. Cette cohabitation entre le rap et la religion du prophète Mahomet a été de courte durée. Le rappeur a abandonné sa foi musulmane pour se consacrer entièrement à son art en faisant de l’imaginaire vodou l’armature de ses créations.

Son répertoire s’agrandit peu à peu suite à des collaborations et des albums produits en solo. En 2014, il nous livre la chanson « Voyage nan van », produite lors d’un atelier de création et de partage d’expérience entre artistes tenu à Audio Institute de Jacmel. Cette composition est un mélange de rythme vodou, de jazz et de rock. Les musiciens américains David Boone, Scott Carney et l’expérimenté rappeur et beat maker haïtien Don Roy ont collaboré sur ce projet.

35 Zile a déjà 7 albums à son actif dont Memwa yon simidò et Booknanm Blackattitude. Le 8e, intitulé Lakou loray, est une trilogie de18 titres. Une première partie traitant de la spiritualité sort le 29 mars. Les chansons seront disponibles sur les plateformes en téléchargement gratuit.

« À travers cet album, je critique le modèle économique ultralibéraliste qui envahit nos “’ Lakou”’. De nos jours même le sacré est devenu marchandise, déplore l’artiste.

Frantzy Nougaisse n’est pas très populaire dans le paysage musical, cependant il demeure une icône du rap underground. C’est le type de rap partagé sur les réseaux sociaux, qui s’écoute entre amis dans des milieux restreints. Ce rap, ignoré par les médias à grand public reste celui qui “fait bouger les têtes avant les fesses” dirait Kery James.

Feguenson Hermogène

Commentaires

Feguenson Hermogène
Feguenson Hermogène est journaliste et cinéaste. Il a intégré l’équipe d’Ayibopost en décembre 2018. Avant il était journaliste à la radio communautaire 4VPL (Radyo Vwa pèp la, 98.9 FM) de Plaisance du Nord.

    Comprendre le Vodou haïtien dans toute sa compléxité

    Previous article

    Haïti : voilà pourquoi sans patente votre entreprise ne peut pas fonctionner

    Next article

    Comments

    Comments are closed.

    #ReteBranche : Pour ne rien rater, inscrivez-vous à la lettre Ayibopost